Actualités

Opinion: La façon dont nous enseignons l'abstinence sexuelle avant le mariage doit être réexaminé

Devinez où un pasteur imprimée son portrait?

Courtney Ray

Il est temps pour nos familles et des églises à réévaluer la façon dont nous apprendre sur le sexe avant le mariage.

Alors que nous devrions continuer à enseigner l'abstinence et le plan de Dieu concernant la sexualité, une approche plus globale dans l'enseignement de gens à penser de façon critique est nécessaire pour favoriser la prise de décision bien. Simplement enseignant l'abstinence n'est pas suffisant.

Un jeune pratiquant a une sécurité financière, émotionnellement stable, Ivy-League diplômé d'un foyer aimant chrétien. Pas exactement l'enfant d'affiche pour la maternité imprévu. Pourtant, elle se retrouve enceinte et célibataire. Lorsqu'on lui a demandé pourquoi elle n'avait pas utilisé une forme quelconque de contraception, sa réponse était intéressante, mais après examen, rien de surprenant.

Toute sa vie, elle avait entendu, compris et cru l'enseignement de l'Eglise sur la sainteté du sexe que dans le mariage. Mais elle senti qu'il y avait une différence entre prémédité et «accidentelle» de transgression. Elle croyait avoir des relations sexuelles en dehors du mariage était erroné. Prendre des précautions serait de «planification» de le faire de toute façon, ce qui serait plus faux que si elle «vient d'arriver."

Qui sait à quelle fréquence ces «accidents» qui s'est passé ou si sa grossesse était le résultat d'une décision errants inséré dans un modèle tout au long de la chasteté. Vraiment, c'est sans importance. Ce qui est significatif est le fait que sa justification n'est pas rare.

Beaucoup de jeunes sont gênés ou honteux de chercher des réponses sur la sexualité au sein de nos communautés ecclésiales. Ils se soit la désinformation à partir de sources moins fiables, mais plus accessible, comme ses pairs ou sur le Web, ou ils ne prennent pas la responsabilité de penser de façon critique les comportements sexuels.

Pas tout le monde a eu un parent qui était prêt, désireux et capables d'avoir ces discussions avec eux. Même les parents ouvertes et franches sont les plus susceptibles de ne pas la seule source cherché des réponses aux questions de la sexualité. Médias, les pairs et d'autres modèles fournissent un flux constant d'informations sur le sexe.

Pour aider à compenser certaines des choses négatives qu'ils pourraient être l'ouïe, l'église devrait être prêt à prêter sa voix dans l'élaboration des perspectives de nos jeunes et jeunes adultes.

Les familles et les églises doivent travailler ensemble sur ce sujet. Cette question exige notre attention car nous savons tous jeunes et jeunes adultes dans nos églises qui ont eu des rapports sexuels résultant de grossesses non désirées et les maladies sexuellement transmissibles. Ils ont entendu les sermons, des conférences et des études bibliques prônant l'abstinence avant le mariage. Pourtant, ils ont décidé d'avoir le sexe de toute façon. La phrase clé est "qu'ils ont décidé."

La première fois que j'ai appris l'un de mes paroissiens jeunes célibataires d'une congrégation précédente allait avoir un bébé, je l'avoue j'ai été bouleversé. J'ai commencé à revoir mon ministère: que dois-je pu dire ou faire différemment? Comment aurais-je fait le message de la pureté sexuelle de prendre racine? Qu'avais-je fait de mal? Et si je me sentais toutes ces émotions, je peux seulement imaginer comment les parents se sentaient.

Enfin, un collègue m'a rappelé: peu importe ce que quiconque est enseignée, en définitive, ils sont en charge d'eux-mêmes. Je ne pouvais pas supporter la culpabilité de quelqu'un d'autre choix. Chacun fait ses propres décisions. Dans ce contexte, comment l'Église peut assurer que nos jeunes et les célibataires à prendre des décisions qui sont le? Plus bien informés et bien formés

Je crois, pratique, et à enseigner l'abstinence sexuelle, mais j'ai aussi d'observer de nombreux jeunes et les célibataires choisissent d'avoir tout de même sexe avant le mariage. En faisant l'abstinence la pleine mesure de notre message, notre église ne rend pas service.

Il ya des congrégations en dehors de notre dénomination essayer de résoudre ce dilemme de façon créative. Quelques fois mis de côté pour les professionnels de la santé à venir répondre aux questions et fournir des informations sur la contraception et l'accès d'utilisation. D'autres églises effectuer les contrôles de MST pour la communauté et la congrégation. Ils fournissent des préservatifs pour les personnes présentes. Je connais un pasteur qui parle à son adolescence individuellement sur les relations et les rencontres. Il insiste sur les principes bibliques de la sexualité et que l'abstinence est le meilleur choix. Après discussion et la prière, il leur donne un préservatif avec les informations d'image église et du pasteur imprimée sur l'emballage! Il espère que, même si elles choisissent d'ignorer le conseil biblique, ils auront le préservatif et son utilisation. Un de ses paroissiens jeunes a plus tard témoigné au sujet d'une instance avec sa petite amie, où l'excitation était grande mais la raison était faible - avoir un souvenir tangible de sa conversation avec son pasteur lui a donné assez de pause pour contempler ses actions. Lui et sa petite amie a décidé de ne pas avoir des relations sexuelles.

Je ne suis pas nécessairement en faveur de ces méthodes particulières. Pourtant, je suis fatigué de nos églises étant la maison pour les jeunes femmes de contracter le cancer du col utérin, les jeunes hommes secrètement automédication infections génitales, "saine" des gens sans le vouloir propager les maladies vénériennes, et les parents honte d'admettre une maladie soudaine de leur enfant est une complication du SIDA. À tout le moins, nous pouvons rendre les gens conscients des individus au sein de nos congrégations qui sont sécuritaires, non-jugement des sources d'information. Quoi qu'ils décident, les gens méritent la capacité d'être signalé aux bons endroits pour les ressources de santé - y compris les préservatifs.

Il ya ceux qui croient cela revient à préconiser sexuelles avant le mariage: en donnant aux jeunes un «filet de sécurité», ils croient le sexe n'a pas de conséquences. Je suis en désaccord. Il est vrai que s'engager dans le sexe pré-marital n'est pas la meilleure option. Cependant, doit-on composé des erreurs en leur permettant de devenir parents accidentelle, sont exposés à des agents pathogènes cancérigènes, et le contrat MST? Certains disent que oui: "ils devraient l'expérience le poids de leurs actions, advienne que pourra!"

Mais même pas Dieu le fait. Nous avons chacun un choix de suivre pleinement Dieu ou de désobéir - en commençant par Adam et Ève dans le choix Eden. La conception de Dieu pour eux était clair. Pourtant, ils avaient le libre arbitre. Ils ont élu un cours qui n'était pas dans le plan de Dieu pour eux. Néanmoins, Dieu a fourni une voie pour atténuer les répercussions de ces choix - pour eux et pour nous.

Si certaines personnes font le choix judicieux d'avoir le sexe avant le mariage, même si elles utilisent une contraception, ils ne connaîtront pas indemne. Il ya des conséquences durables émotionnel et spirituel. Comment est-il "mieux pour eux" pour de plus endurer physique (et parfois financiers et éducatifs) des pénalités, si ces pourraient être évités ou atténués?

Nous devrions enseigner le discernement et esprit critique. Et nous devons aussi fournir des ressources complètes pour faciliter les bonnes décisions. Parfois les gens à faire des choix nous sommes en désaccord avec. Mais à la fin, le choix leur appartient.

- Courtney Ray est pasteur adjoint de l'Eglise Tamarind avenue adventiste du septième jour à Compton, Californie, Etats-Unis

Retour à la liste