Actualités

Ancien pasteur adventiste détenu pour crime de guerre maintenant disponible

Share |

January 05, 1998

Laredo, au Texas ... [ANN] L'ancien adventiste pasteur Elizaphan Ntakirutimana arrêté en Septembre 1996 a été publié le 17 Décembre 1997, par un magistrat fédéral à Laredo, au Texas, Etats-Unis Ntakirutimana, maintenant âgé de 73 ans, a eu lieu pour répondre à des accusations de génocide au Rwanda en 1994 rendue par un tribunal des Nations Unies à Arusha, en Tanzanie.

Le juge a statué que Marcel Notzon Ntakirutimana ne pouvait pas être extradé car la compétence du tribunal de l'ONU n'a pas été reconnu en raison de l'absence d'un traité.

Un rapport de nouvelles Reuters cite le juge en disant que l'affaire contre les Ntakirutimana était faible et pleine d'irrégularités juridiques, et que «la possibilité d'inexactitude ou d'incrédulité dans les déclarations des témoins est élevé."

Avocat Ntakirutimana, Ramsey Clark, ancien procureur général américain, a déclaré que les accusations portées contre son client sont fausses et motivées par la vengeance.

«C'est un homme que dans toute sa vie n'a jamais eu de toute accusation de violence contre lui, mais parce qu'il est un Hutu et dans une position de pouvoir, les Tutsis sont dit qu'il est coupable de génocide", Clark dit à l'Associated Press dernière Juillet.

La décision de pré-Noël, la libération a été accueillie par la famille et des amis de l'ancien pasteur. Ntakirutimana fils Elieli est un médecin travaillant dans le domaine de Laredo.

Cependant, le Département d'Etat américain a exprimé sa déception à la libération, le qualifiant de «grave» et ont indiqué qu'ils peuvent chercher d'autres procédures juridiques. Un porte-parole des Nations Unies ont indiqué qu'ils auraient aimé voir Ntakirutimana remis car le tribunal avait trouvé de raison de l'inculper.

La position de l'Eglise adventiste du septième jour reste inchangé. S'exprimant au moment de son arrestation, Emmanuel Nlo Nlo, directeur des communications pour l'Afrique et l'Inde de l'Église Division Océan, a clairement indiqué que l'Église adventiste condamne la violence et aussi que la culpabilité doit être prouvée.

«L'Église adventiste du septième jour ne supporte pas les tuer, sous quelque forme", a déclaré Nlo Nlo. "Nous n'avons aucun moyen de savoir si Elizaphan Ntakirutimana est coupable ou non. Nous sommes favorables à l'initiative des Nations Unies et le gouvernement rwandais pour traduire en justice ceux qui sont responsables de ces activités illégales dans la crise de ce pays."

Prenant la parole aujourd'hui au Siège de l'Église mondiale à Silver Spring, Lowell Cooper, secrétaire adjoint a confirmé la position de la dénomination.

"Nous rejetons la violence sous toutes ses formes et ont été consternés par les massacres survenus au Rwanda en 1994», a déclaré Cooper. «Beaucoup adventistes du septième jour ont perdu la vie dans la violence ethnique, qui est malheureusement toujours un facteur aujourd'hui. L'Eglise est favorable à toutes les tentatives pour amener l'unité et de guérison pour le Rwanda, et est active dans l'aide humanitaire et les programmes de réconciliation. Quant à Pasteur Ntakirutimana, notre position demeure que toute personne est innocente jusqu'à preuve du contraire. " [Jonathan Gallagher]

Retour à la liste