Actualités

Les dirigeants de l’Eglise rencontrent l’ambassadeur de la Hongrie afin de discuter de la perte imminente de leur statut ...

Share |
Les dirigeants de l’Eglise rencontrent l’ambassadeur de la Hongrie afin de discuter de la perte imminente de leur statut ...

Dwayne Leslie, directeur des affaires législatives de l’Eglise, était un des deux représentants de l’Eglise qui ont rencontré l’ambassadeur de la Hongrie basé aux Etats-Unis, cette semaine, dans le but d’expliquer les effets produits par la Loi des Eglises. Ici, Leslie intervenant au cours d’une rencontre portant sur la liberté religieuse à Washington D. C. en début d’année.

Le séminaire adventiste pourrait être affecté par l’application de cette loi le 1er Janvier

December 14, 2011 | Silver Spring, Maryland, United States | Bettina Krause/PARL/ANN

Les responsables de la liberté religieuse de l’Eglise Mondiale ont rencontré l’ambassadeur de la Hongrie aux Etats-Unis, cette semaine, dans le but d’aider les officiels de ce pays à mieux comprendre les effets potentiels de la perte imminente de leur statut pour certaines églises.

La Loi des Eglises, dont l’application est prévue pour le 1er  Janvier, enlèvera leur statut d’églises aux dénominations religieuses, l’Eglise Adventiste y compris. Sauf quatorze d’entre elles auront l’autorisation de garder leur statut d’église. Il existe un risque potentiel pour que le séminaire de théologie de l’Eglise en soit affecté.

L’ambassadeur hongrois, basé aux Etats-Unis, Gyorgy Szapary, a rencontré les officiels du département de la liberté religieuse et des affaires publiques, le 12 Dec, à l’ambassade hongroise à Washington D. C. Bien que l’application de cette loi soit toujours prévue pour le 1er Janvier, les représentants adventistes, ont déclaré, un peu plus tard que la rencontre avait été cordiale et productive.

«  Nous avons exprimé nos vives appréhensions à l’ambassadeur Szapary, au sujet de cette Loi des Eglises qui a été votée récemment et de son impact, pas seulement sur l’Eglise Adventiste, mais aussi sur d’autres religions minoritaires, » a déclaré Dwayne Leslie, directeur des affaires législatives de l’Eglise. Leslie représentait l’Eglise Adventiste pendant cette rencontre, ainsi que Ganoune Diop, le représentant de l’Eglise Adventiste aux Nations-Unies.

Diop et Leslie ont fait un bref survol de la portée internationale de notre dénomination et brossé l’historique et l’étendue de la présence adventiste en Hongrie.  Ils ont aussi expliqué l’impact potentiel de cette loi sur le séminaire théologique adventiste qui se trouve à Pécel, près de Budapest et qui dessert 66 étudiants.

Les officiels de l’éducation adventiste avaient déclaré précédemment, que le séminaire était primordial pour dispenser la théologie et des conseils en matière d’éducation dans la langue hongroise tout en s’adaptant au contexte culturel. « Quoique petit, le séminaire répond aux besoins de l’Eglise en Hongrie en ce qui concerne les pasteurs et les théologiens, et également en ce qui concerne les conseils sur le mode de vie et la vie familiale, » a déclaré Mike Lekic, directeur associé du département de l’éducation de l’Eglise Adventiste.

Dans le sillage de la rencontre de lundi, Diop a déclaré que l’ambassadeur s’était montré gracieux et réceptif face aux questions soulevées par l’Eglise Adventiste. «  La rencontre était une excellente opportunité pour établir le dialogue. Nous avons clairement énoncé nos inquiétudes et nous avons entendu la perspective du gouvernement hongrois, » a-t-il dit.

Quand cette nouvelle loi, votée au mois de Juillet, sera mise en application le mois prochain, elle dépouillera toutes les religions de leur statut légal. Seulement 14 religions, dites historiques,  échapperont à cette loi. Les religions minoritaires devront donc adresser une demande au parlement hongrois afin de se faire réenregistrer.

Depuis que cette législation a été approuvée, la Hongrie a maintenu que la stratégie ne s’inscrivait pas dans une démarche anti-religion, mais que c’était plutôt un moyen législatif visant à débusquer les organisations frauduleuses opérant sous le couvert de la religion.

Ceux, dans le monde entier, qui prônent la liberté religieuse, se sont prononcés contre cette loi, déclarant que c’était une interférence non-nécessaire de l’état dans les affaires religieuses et un revers pour les droits humains en Hongrie. Plus de 300 groupes s’apprêtent à perdre leur inscription, y compris les Méthodistes de Hongrie, les Unitariens, un certain nombre de communautés islamiques et plusieurs petites Eglises protestantes et évangéliques.
En novembre dernier, Diop et John Graz, le directeur PARL de l’Eglise Adventiste, ont rencontré l’ambassadeur hongrois aux Nations-Unies afin de faire part de leurs inquiétudes en ce qui concerne la condition non seulement des adventistes mais aussi d’autres groupes religieux de Hongrie qui seront affectés par cette nouvelle loi.

Leslie et Diop ont déclaré que le département des affaires publiques et de la liberté religieuse (PARL en anglais), vont continuer à suivre le déroulement des événements en Hongrie et apporteront toute l’assistance nécessaire aux dirigeants locaux de l’Eglise.

Retour à la liste