Actualités

Baird honoré d’un « lifetime achievement award » pour son engagement dans la lutte contre le tabagisme

Baird honoré d’un « lifetime achievement award » pour son engagement dans la lutte contre le tabagisme

Denis Baird, à droite, recevant la médaille de la distinction du département de la santé de la Conférence Générale des mains du Dr. Peter Landless, directeur associé au ministère de la santé de l’Eglise adventiste, lors d’une cérémonie qui s’est tenue à Johannesburg, le 17 Décembre dernier. L’épouse de Baird, Bridget, tenant la récompense.

Afrique du Sud a aidé; interdiction de fumer sur les compagnies aériennes en 1980

January 10, 2012 | Johannesburg, South Africa | Ansel Oliver/ANN

Retraité depuis un certain temps déjà, Denis Baird, aujourd’hui âgé de 92 ans, travaillait à plein temps en tant que pasteur de l’Eglise adventiste, quand en 1975, il a lancé ce qui est devenu aujourd’hui, le Conseil National Sud -africain contre le Tabagisme, une organisation qui a aidé le pays à bannir dans les années 80, la cigarette sur les vols domestiques de la SAA (South African Airways).

Le mois dernier, l’Eglise adventiste mondiale, a décerné à Baird la médaille de la distinction du département de la santé de la Conférence Générale, pour avoir mis sa vie au service de la santé et aussi pour avoir encouragé un style de vie sain.

« C’est amplement mérité. Denis était un précurseur. Avant lui, personne n’avait travaillé sur le contrôle de la cigarette en Afrique du Sud, » a déclaré le Dr. Yussuf Saloojee, directeur exécutif du Conseil National Sud-africain contre le tabagisme.

Plusieurs officiers de la santé, ont déclaré que l’industrie du tabac en Afrique du Sud était intrinsèquement liée au gouvernement apartheid, et que s’opposer à elle était s’exposer à des risques considérables. En 1967, l’angle choisi par Baird pour interpeller les compagnies de cigarette, était tout simple : il leur demandait de lui communiquer le taux de nicotine et de goudron dans leurs cigarettes.

Quand les compagnies refusèrent de communiquer des informations concernant les ingrédients, il contacta ce qui est aujourd’hui connu comme le Centre pour le Contrôle des Maladies, à Atlanta. Les officiels contactés, acceptèrent d’étudier les cigarettes et lui demandèrent 200 exemplaires de chaque marque de cigarette. Dans le but de préserver l’intégrité de l’étude, on lui fit savoir qu’il était impératif qu’il les délivre personnellement.

Baird prit un vol pour Atlanta, ses bagages presqu’entièrement constitués  de cartons de cigarettes. Alors qu’il survolait l’Atlantique, il se souvient déclare-t-il, n’avoir eu aucun doute quant à l’issue de cette étude.

« J’étais intimement convaincu que ma démarche porterait des fruits. Nous avions des indications solides démontrant que les cigarettes en Afrique du Sud étaient très dangereuses. »  Le taux de cancer du poumon parmi les fumeurs en Afrique du Sud était plus élevé que dans d’autres pays, a-t-il ajouté.

Quelques mois plus tard, les résultats ont confirmé ce que nous soupçonnions déjà. Les cigarettes de l’Afrique du Sud contenaient plus que le double du taux de nicotine et de goudron que celles fabriquées par d’autres pays.

En 1978, les résultats suscitèrent de vives protestations quand ils furent publiés par le Dr. Harry Seftel, un professeur en médecine de l’Université de Witwatersrand, à Johannesburg et co-fondateur du Conseil avec Baird.

Le travail de Baird au sein du Conseil venait s’ajouter à son travail en tant que pasteur à plein temps de l’Eglise adventiste locale. Durant sa carrière de pasteur, il a aussi occupé le poste de président de fédération en Rhodésie, le Zimbabwe actuel et le même poste dans la fédération du Cap en Afrique du Sud.

Aujourd’hui, environ 5.4 million de personnes meurent chaque année, suite à des maladies causées par la cigarette et il est prévu que ce chiffre augmente pour atteindre les 8 million annuellement en 2030, ont déclaré des officiels de la santé, de l’Eglise.

Quelques pays, tels les Etats-Unis et l’Australie affichent une baisse constante du taux de tabagisme . Mais le tabagisme augmente dans d’autres parties du monde, y compris dans plusieurs pays en voie de développement, ont déclaré des experts de la santé.

« Si des interventions à grande échelle ne sont pas mises en place, il est peu probable de noter une amélioration au niveau de ces statistiques, » a déclaré Landless, directeur associé au ministère de la santé de l’Eglise adventiste.
« La bataille ne sera jamais gagnée, à moins que les fumeurs actuels ne soient ciblés et assistés afin qu’ils puissent mettre un terme à leur dépendance à la cigarette, » a déclaré Landless. « Il est crucial et primordial de se focaliser sur la prévention à l’initiation à l’usage de la cigarette, mais il est également important d’assister les gens afin qu’ils cessent de fumer aussi bien que de se mobiliser pour demander un contrôle et des restrictions à l’encontre du tabac. »

En 2000, la American Cancer Society a décerné un Luther Terrey Award au Ministère de la Santé du Gouvernement Sud-africain pour son soutien dans la législation du tabagisme. En 1998, cette société a déclaré, que le taux de tabagisme avait chuté de 30% depuis 1991 grâce aux efforts déployés par le gouvernement et que le pays avait servi de modèle aux pays à faibles revenus dans leur rapport avec les industries du tabac.

« Baird est un modèle, » a déclaré Saloojee. « Les fondations furent jetées grâce au travail qu’il avait accompli. »

Retour à la liste