Actualités

La nouvelle Ecole Médicale Adventiste au Nigéria est la première de la dénomination en Afrique

Share |
La nouvelle Ecole Médicale Adventiste au Nigéria est la première de la dénomination en Afrique

Le neurochirurgien en pédiatrie, Ben Carson, à gauche, avec son épouse, Candy, au lancement officiel de l’école de médecine qui porte son nom à l’Université Babcock, qui est gérée par l’Eglise Adventiste, le 1er Juin dernier, à Lagos, au Nigéria. Carson a déclaré que cette école servirait à équiper l’Afrique afin que cette dernière puisse relever le défi que représente la santé publique.

Un défi à relever, celui de pallier aux énormes besoins du continent dans le domaine de la santé publique

June 11, 2012 | Silver Spring, Maryland, United States | Elizabeth Lechleitner/ANN

Une nouvelle école médicale adventiste au Nigéria est la première de la dénomination en Afrique.

L’école de médecine, Benjamin S. Carson Sr. et la «Babcock University Teaching Hospital » ont été inauguré dans le courant de ce mois pendant un service à l’église de l’Université Babcock à Lagos, au Nigéria.

Les officiels adventistes des départements Education et Santé ont déclaré que la nouvelle école est un signe de l’engagement croissant des africains qui veulent se construire une certaine autonomie pour relever le défi que représente les énormes besoins du continent en matière de santé publique.

D’après des rapports émanant des Nations-Unies, l’Afrique sub-saharienne, à elle toute seule, abrite les deux tiers des 33 millions d’adultes et d’enfants du monde entier  qui vivent avec le HIV et le SIDA ; cependant, la région totalise seulement 1% des dépenses globales en matière de santé et ne bénéficie dans la globalité que de 2%  des services de professionnels  en la matière.

Le lancement d’une école médicale au Nigéria, même si cela ne règle pas tout le problème, est un départ concret vers un système de soins médicaux comme on n’en a pas encore vu en Afrique, a déclaré le président de l’Université Babcock, James Makinde.

L’école de médecine opère à partir du collège de Santé et de Sciences Médicales de l’Université Babcock et comprend également une école de Sciences Infirmières et une école de Santé Publique. Les administrateurs déclarent qu’une école de Dentiste et une école Pharmaceutique sont prévues pour bientôt. L’école a l’accréditation nécessaire pour délivrer une licence en médecine et une licence en chirurgie, le premier diplôme qu’un étudiant en médecine acquiert, s’il étudie dans une université qui s’est calquée sur le mode d’éducation post-secondaire britannique.

Les 37 étudiants qui sont inscrits actuellement dans ce programme de licence, ont débuté leurs études en Janvier, quand les administrateurs de l’Université Babcock ont demandé que soit inauguré la toute nouvelle école médicale. Mais au même moment, le lancement officiel ne pût avoir lieu parce que certaines accréditations n’avaient pas encore été reçues et en raison des troubles qui eurent lieu quand le gouvernement nigérian supprima des subventions sur le gaz, a déclaré Lisa Beardsley-Hardy, chargée d’Education pour l’Eglise Adventiste Mondiale.

« Nous devions vérifier que les conditions pour l’obtention de l’accréditation avaient été respectées. A présent, ces conditions ont été remplies de façon plus que satisfaisante, » a déclaré Beardsley-Hardy. Les infrastructures devant abriter l’école médicale sont à présent, presqu’achevées, a-t-elle ajoutée.

Les officiels adventistes en matière d’éducation ont travaillé étroitement avec le département Santé de l’Eglise Mondiale afin d’établir des références pour l’école médicale.

Le directeur du département Santé à l’échelle mondiale, Allan Handysides, qui a soutenu les missions dans le domaine médical en Afrique pendant des décennies, s’est fait l’écho de Beardsley-Hardy en appuyant ses déclarations.

« J’ai rarement vu des progrès aussi remarquables en aussi peu de temps, au sein d’autres institutions. L’équipe qui se trouve à Babcock a pris au sérieux les suggestions et les conseils prodigués ; et le résultat est remarquable, » a déclaré Handysides.

« Nous croyons que cette toute nouvelle institution a le potentiel pour grandir et atteindre de nouveaux sommets en termes d’excellence, » a-t-il ajouté. « Nous sommes reconnaissants envers Dieu pour les bienfaits dont nous avons été l’objet et également pour la vision, l’énergie et la ténacité dont ont fait preuve l’équipe de Babcock et les administrateurs de la Division Afrique Ouest/Centre. »

Le neurochirurgien en pédiatrie à la renommée mondiale, le Dr. Ben Carson, dont l’école porte le nom, a pris la parole pendant le lancement, déclarant qu’une école médicale en Afrique fait de ce continent un acteur dans la découverte de solutions possibles pour les défis qui guettent la région.

« Je suis extrêmement satisfait de voir mon nom associé à l’Université Babcock, vu le caractère visionnaire de son leadership et l’énorme potentiel qui est le leur pour produire une variété d’excellents professionnels dans le domaine de la santé, qui auront un impact positif non seulement au Nigéria mais sur tout le continent africain si ce n’est sur le monde entier, » a déclaré Carson, un peu plus tard à ANN.

Carson, un adventiste qui a utilisé les feux des projecteurs pour diffuser le message d’espoir et de guérison de l’Eglise, a vivement encouragé les étudiants en médecine de Babcock à saisir les opportunités d’évangéliser.

« L’Université de Babcock est réputée pour son excellence et est en fait considérée par plusieurs comme une des meilleures universités privées au Nigéria, » a déclaré Carson. « Il figure en très bonne position pour apporter des soins médicaux suivis de soins spirituels à la masse, comme le fit Jésus. »

L’Ecole Benjamin S. Carson Sr. est la quatrième école médicale de l’Eglise Adventiste dans le monde et la seconde école médicale en langue anglaise. L’Eglise gère des écoles médicales à Montemorelos, au Mexique ; Entre Rios, en Argentine ; et son école d’origine, Loma Linda, en Californie aux Etats-Unis. Les universités adventistes au Pérou et aux Philippines mettent également en place des programmes médicaux.

Les étudiants à Babcock ont 3 choix d’orientations pour leurs études : un destiné au Nigéria, un autre destiné à tout l’Ouest Africain et le troisième un « global track » comprend des rotations au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Au cours des récentes années, l’Afrique a livré un combat afin de garder ses professionnels formés dans la région, après l’obtention de  leurs diplômes. Le programme de développement des Nations-Unies estime qu’environ 20 000 africains doués émigrent chaque année, optant très souvent pour les opportunités économiques et la stabilité politique de l’Europe Occidentale et de l’Amérique du Nord. La perte de ces docteurs en médecine a été lourde d’après le rapport de certaines agences.

« J’espère que le « global track » ne deviendra pas le choix prédominant, créant ainsi un exode hors du pays, » a déclaré Beardsley-Hardy.

Les officiels de l’éducation adventiste ont déclaré qu’une claire définition du service médical dans la région permettra d’empêcher la perte en ressources humaines.

« Nous voulons former non seulement des médecins mais également des missionnaires qui parcourront la région sub-saharienne pour prodiguer des soins médicaux dans une perspective biblique, » a déclaré Chiemela Ikonne, directrice du département Education pour la Division Afrique Ouest/Centre.

« La guérison du corps ne sera jamais totale sans la guérison de l’esprit. Cette méthode de formation apporte une dimension qu’on ne retrouve pas dans une formation médicale laïque, » a déclaré Ikonne.

Retour à la liste