Actualités

Les adventistes du monde entier appelés à prier pour deux membres emprisonnés

Share |
Les adventistes du monde entier appelés à prier pour deux membres emprisonnés

Les ressources pour la Journée de Prière et de Jeûne du 1er Décembre ont été traduites en plusieurs langues, dont le russe comme on peut le voir à l’écran. La campagne a été faite afin d’obtenir le soutien par la prière, pour les deux hommes injustement emprisonnés, au Togo, selon les officiels de l’Eglise.

La campagne de sensibilisation traduite dans la langue locale ; #pray4togo

November 29, 2012 | Silver Spring, Maryland, United States | ANN staff

Ce week-end, des millions d’adventistes vont prier pour deux membres qui selon les officiels adventistes,  ont été injustement emprisonnés, au Togo, un pays d’Afrique de l’Ouest.

Le pasteur adventiste, Antonio Monteiro et le membre laïc, Bruno Amah, ont été emprisonnés en Mars, après qu’un togolais les aient impliqués en tant que conspirateurs au sein d’un réseau allégué de trafic de sang humain. Les officiels de l’Eglise ont déclaré que la police n’avait trouvé aucune preuve de leur implication.

Un peu plus tôt, dans le courant de ce mois, le président de l’Eglise Adventiste a lancé un appel pour que le 1er Décembre soit décrété Journée de Prière et de Jeûne Internationale, en signe de soutien aux deux hommes.

Les ressources pour cette journée de prière et pour la campagne de sensibilisation qui y est rattachée ont été traduites également en russe et en roumain, en espagnol et en swahili. Des publicités, des vidéos et des banderoles ont depuis fait leur apparition sur le site internet des églises locales et sur le site personnel des membres de face book du monde entier. Pour la campagne Twitter, le hashtag est #pray4togo.

De plus, une pétition en ligne, afin de soutenir cette journée de prière, a obtenu plus de 7000 signatures (voir adventist.org).

Monteiro, un natif de Cape Verde, a servi en tant que directeur du Département  de l’Ecole du Sabbat et Ministère Personnel, au sein de l’Union du Sahel, dont le siège se trouve à Lomé au Togo, depuis 2009.

Son dénonciateur, avait un peu plus tôt avoué les meurtres de quelques 20 jeunes filles, déclarant qu’il travaillait pour un réseau de trafic de sang humain. Cet homme avait rencontré Monteiro dans l’exercice de ses fonctions.

Ce matin, à Lomé, les officiels de l’Eglise ont tenu une conférence de presse, amplifiant ainsi la campagne en faveur de la journée de Prière.

Ces hommes « sont privés de leur liberté et détenu dans la prison civile de Lomé, sans aucune preuve de leur culpabilité, sans aucune évidence ou indication d’une relation proche ou lointaine avec cette affaire, » a déclaré Guy F. Roger, président de l’Union du Sahel. « L’Eglise Adventiste ne peut demeurer silencieuse devant ce qui semble une énorme erreur judiciaire. »

Les officiels de l’Eglise à la conférence Générale ont mis l’emphase sur le fait que cette journée avait pour but de soutenir les membres emprisonnés. Les dirigeants de l’Eglise continuent à rencontrer les diplomates et les dirigeants gouvernementaux afin d’accélérer le processus de leur remise en liberté.

Roger a déclaré que l’Eglise Adventiste au Togo continuerait à coopérer avec le gouvernement togolais afin de promouvoir l’éducation, l’aide à la jeunesse et l’aide humanitaire.

La pression exercée par le public afin que soit résolue une série de meurtres commis l’année dernière, a vraisemblablement empêché la libération et l’exonération des deux hommes, selon les officiels de l’Eglise. Avant que ne survienne l’arrestation de Monteiro, des groupes des Droits de l’Homme avaient accusés la police togolaise de ne pas en faire assez pour résoudre ces crimes.

Wilson, le président de la dénomination, a rencontré les deux hommes, en prison, un peu plus tôt dans le courant de ce mois, lors de son passage au Togo.

« Nous demandons à l’Eglise Adventiste dans son ensemble à se rejoindre dans la prière et dans le jeûne, en ce sabbat 1er Décembre, » a déclaré Wilson.

Retour à la liste