Actualités

Le rallye qui a eu lieu dans un stade en Angola est un tremplin pour le ministère exercé par les petits groupes

Le rallye qui a eu lieu dans un stade en Angola est un tremplin pour le ministère exercé par les petits groupes

Paul Ratsara, président de la Division Afrique du Sud/Océan Indien, s’adressant aux quelques 40 000 participants d’un rallye pour soutenir la Mission, qui s’est tenu au « Centro Desportivo Da Cidadela », à Luanda, le mois dernier.

Les membres à Luanda encouragés à augmenter leurs réseaux d’amis ne fréquentant aucune église

March 11, 2013 | Luanda, Angola | Paul Charles and Ansel Oliver

Les dirigeants d’églises pour le sud de l’Afrique coordonnent des efforts d’évangélisation par des petits groupes, à grande échelle, ici à Luanda. Cette démarche se veut une réponse à l’appel lancé par l’Eglise Adventiste Mondiale, préconisant une mission destinée aux grandes villes.

Cette démarche intervient à un moment où les dirigeants s’accordent à dire qu’une fenêtre d’opportunités s’est ouverte et que le moment est propice pour des campagnes d’évangélisation au sein de la capitale de l’Angola, alors qu’une dizaine d’année s’est écoulée depuis la fin de la guerre civile.

Quelques 52 000 groupes formés d’environ 5 personnes se rencontrent régulièrement dans les maisons. Après quelques mois, ces cellules seront regroupées avec d’autres cellules de maisons pour former ce que les dirigeants appellent des « cottage meetings ». Le but est d’avoir environ 10 000 de ces groupes, impliqués dans des études bibliques d’ici la fin de l’année.

Cet effort intervient après une année de planification en vue de mettre en place cette initiative qui implique toute la nation, ceci dans le sillage d’une précédente campagne d’évangélisation organisée par l’Eglise dans le sud de l’Afrique, se basant sur le principe que l’évangélisation ne devrait pas être un événement extraordinaire sporadique, mais plutôt un processus continu.

« Cette méthode a une  connotation majeure pour la rétention d’adhérents, » a déclaré Mike Ryan, un vice-président général de l’Eglise Adventiste Mondiale, après son allocution devant les quelques 40 000 personnes présentes au rallye, le mois dernier.

Cependant, il nous reste un grand défi à relever, a déclaré Ryan. La plupart des adventistes n’ont pour amis que des membres d’églises. Ce constat est vrai ici aussi. On encourage donc les membres à se faire des amis au sein de la communauté.

Luanda est une métropole qui abrite au bas mot, 7 millions d’habitants. En réponse à l’initiative de la Mission en faveur des Zones Urbaines, en 2011, les dirigeants de la région, ont choisi Luanda pour accueillir cet événement. Ainsi, ce sera la première fois qu’un effort de cette envergure aura lieu dans ce pays, depuis son récent passé tumultueux.

Pendant des décennies, l’Eglise Adventiste Mondiale a éprouvé beaucoup de difficultés pour apporter son soutien à l’Eglise Adventiste locale, en Angola. Une guerre civile qui a duré presque 30 ans s’est étendu a tout le pays et a coûté la vie à quelques 1.5 millions d’habitants. Au cours de cette période, la dénomination n’a pu faire avancer aucun projet de ce pays avec les dons du treizième sabbat.

« Il nous reste tant de choses à rattraper, » a déclaré Paul Ratsara, président de la Division Afrique du Sud/Océan Indien, dont le siège se trouve en Afrique du Sud.

L’Eglise Adventiste, en Angola possède très peu d’infrastructures. Le séminaire adventiste de Bongo dans la ville de Haumbo compte 115 étudiants et le site comporte également une école, une clinique et une maison d’édition.

L’Angola est riche en ressources naturelles, dont le diamant et l’huile. La plupart des produits sont importés faisant du Luanda une des villes les plus chères au monde pour les expatriés. Mais alors même que le pays attire des investisseurs étrangers, plus de 40% de la population vit dans la pauvreté.

Les dirigeants d’églises espèrent qu’un regain d’effort au niveau de l’évangélisation, aura pour résultat non seulement la propagation de l’évangile, mais également qu’il aura pour effet d’aider les gens à adopter un mode de vie sain et à s’engager dans le processus de l’éducation.

« Les petits groupes se sont avérés des instruments efficaces entre les mains de Dieu et ont permis d’enregistrer de la croissance au niveau spirituel, relationnel ; croissance dans la préparation pour faire des disciples et croissance dans l’implantation de nouvelles églises, » a déclaré Gilberto Araujo, président du comité de la division pour l’Evangélisation Urbaine.

Retour à la liste