Actualités

Au Pakistan, la populace brûle des maisons dans un accès de violence anti-chrétienne

Au Pakistan, la populace brûle des maisons dans un accès de violence anti-chrétienne

Les chrétiens pakistanais évaluant les dommages subis par leurs maisons, un jour après que les manifestants musulmans aient mis la feu à une région de Lahore majoritairement habitée par des chrétiens, le 09 Mars dernier. Les défenseurs de la liberté religieuse blâment la sévérité de la loi pakistanaise contre le blasphème qui a ainsi donné lieu à cette protestation.

Pas moins de 170 maisons et bureaux détruits ; 40 familles adventistes affectées

March 12, 2013 | Silver Spring, Maryland, United States | Elizabeth Lechleitner/ANN

Des résidents d’une communauté chrétienne dans l’est du Pakistan, dont des adventistes du septième jour, sont encore sous le choc après qu’une populace ait brûlée leurs maisons et bureaux, alléguant qu’ils avaient tenus des propos insultants à l’encontre de Mohammed.

Les troubles ont commencé la semaine dernière, après la circulation d’un rapport alléguant qu’un jeune chrétien avait commis un blasphème à l’encontre du prophète de l’islam. Dès le 09 Mars, la situation a connu une escalade et des milliers de contestataires ont commencé à incendier des propriétés appartenant à des chrétiens, dans la région de Lahore.

Bien que certains résidents aient été blessés, on n’a enregistré aucune perte en vies humaines. La plupart des chrétiens avaient déjà pris la fuite suite à des menaces de violence et aux avertissements de la police, ont déclaré un représentant de l’Eglise Adventiste au Pakistan.

Cependant, des propriétés de l’Eglise et la maison de certains membres ont subis des dommages considérables, déclarent les dirigeants d’églises. La maison de location du pasteur local, Afzal Bhatti et de sa famille a été détruite ainsi que les maisons et les biens d’au moins 40 familles adventistes.

Des recueils de chants, des bibles et des équipements de sonorisation de l’église adventiste locale ont été brûlés, mais le bâtiment lui-même a subi des dégâts mineurs causés par l’eau, alors que les pompiers s’activaient pour contenir les foyers d’incendie avoisinants, a déclaré quelqu’un de l’équipe d’évaluateurs adventistes.

Au moins 170 maisons et bureaux ont été incendiés, selon des communiqués  d’Associated Press.

Bhatti et sa famille faisaient partie de ceux qui ont évacués leurs maisons, alors que la populace se dirigeait vers leur quartier.

« Dans sa hâte, le pasteur Bhatti a laissé son portable et sa carte d’identité, » a déclaré un représentant de l’Eglise, ajoutant qu’un contestataire lui a violemment enlevé ses lunettes alors qu’il s’enfuyait.

Bhatti et son épouse, Parveen, sont retournés ce matin, après les émeutes, pour réconforter et pour prier avec les membres des familles touchées. Ensuite, la famille pastorale a entamé le processus de reconstruction de leur existence en rachetant ce qui leur était nécessaire pour le travail, les études et le ministère.

Au début de cette semaine, le gouvernement de l’état du Panjab s’est engagé à dédommager chaque famille affectée par une somme équivalent à $2000. Depuis, le gouvernement fédéral pakistanais a promis une somme additionnelle de $5000 par famille.

L’Eglise Adventiste et ADRA Pakistan étudient la situation et prêtent assistance aux membres affectés de la communauté chrétienne.

Moins de 5% de la population pakistanaise est chrétienne et le blasphème à l’encontre du Coran ou du prophète Mohammed, peut même conduire à la peine de mort. Les experts en matière de liberté religieuse ont remarqué que cette loi était souvent utilisée en guise de répression contre les minorités religieuses ou pour des motifs de disputes à titre personnel.

En 2011, Salman Taseer, un homme d’affaires pakistanais et Shahbaz Bhatti, le seul chrétien du cabinet pakistanais, ont été assassinés à cause de leur opposition à la législation contre le blasphème. Les défenseurs de la liberté religieuse ne cessent de demander avec insistance au Pakistan d’assouplir son contrôle rigide en ce qui concerne la diffamation de la religion.

« Nous nous sommes toujours opposés avec vigueur contre cette loi pakistanaise en ce qui concerne le blasphème, car elle est la source de tant d’injustices, tout particulièrement à l’encontre des minorités religieuses et des dissidents musulmans, » a déclaré John Graz, secrétaire général d’IRLA (organisme international prônant la liberté religieuse).

« Tous les défenseurs de la liberté religieuse devraient exprimer leur solidarité aux familles affectées et encourager le gouvernement à réformer sa législation, » a-t-il conclu.

Retour à la liste