Actualités

La liberté religieuse menacée globalement, déclaration faite par l’ambassadeur canadien

La liberté religieuse menacée globalement, déclaration faite par l’ambassadeur canadien

Andrew Bennett, ambassadeur canadien pour la liberté religieuse, présentant son discours-programme au cours du 11ème dîner annuel de la Liberté Religieuse en Amérique du Nord, qui pour la 2ème année consécutive est organisé par l’ambassade du Canada, à Washington, aux Etats-Unis. Au cours du dîner, l’ambassadeur Bennett a eu l’occasion de rencontrer un large éventail de représentants de groupes de sociétés civiles engagés dans tout ce qui touche la liberté religieuse de par le monde.

Dans un discours durant un dîner pour la cause de la liberté, Bennett promet des voix plus actives

April 30, 2013 | Washington, D.C. | Mark Kellner, Adventist Review

Qualifiant la liberté d’adorer de « droit humain fondamental… qui est soumis à des menaces de par le monde, » Andrew P. W. Bennett, le nouvel ambassadeur canadien pour la liberté religieuse, a engagé le soutien de sa nation pour ces croyants du monde entier, dont les droits sont menacés, au cours d’un discours tenu lors d’un dîner à l’intention des défenseurs de la cause de la liberté religieuse.

« Nous sommes profondément perturbés par la situation qui prévaut dans diverses parties du monde, où des individus, dont les Musulmans Ahmadiyya, les Bahais, les catholiques Caldéens, les Orthodoxes Coptes, les Bouddhistes Tibétains, les Juifs, les Musulmans Rohingyas, entre autres,  éprouvent des difficultés à adorer et à pratiquer leur croyance en paix, » a déclaré Bennett aux quelques 150 invités du dîner annuel de la Liberté Religieuse, qui est co-sponsorisé par le magazine Liberty, par l’Association Nord-Américaine pour la Liberté Religieuse et l’Association Internationale pour  la Liberté Religieuse.

Comme ce fut le cas en 2012, quand l’honorable John Baird, le ministre des Affaires Etrangères, fut l’intervenant du dîner, l’événement a eu lieu à l’ambassade du Canada à Washington D. C.

« La liberté religieuse ne se résume pas à la liberté d’adorer. Cela implique également le droit d’étudier sa croyance, le droit de la partager, le droit de s’engager dans des activités missionnaires, le droit de changer de croyances et bien entendu, le droit de n’adhérer à aucune croyance, » a déclaré Bennett, un érudit qui a occupé le poste de professeur et de doyen à Augustine College, à Ottawa avant sa nomination de 2013.

Il a ajouté « Le besoin de mener des actions afin de défendre la liberté religieuse au sein de beaucoup de pays, est urgent. La persécution religieuse connaît une recrudescence de par le monde. Nous sommes appelés à agir et à défendre les droits de tous. Nous devons le faire, car la liberté religieuse n’est pas une question d’ordre théologique, c’est une question relative à l’humain en tant que tel. Chaque société devrait reconnaître la dignité fondamentale de chaque être humain, indépendamment de sa croyance. Nous avons tous le libre arbitre. Nous devrions avoir le droit de l’exercer dans le choix de notre croyance. »

Bennett a expliqué : « Le Canada est une société pluraliste, composée de plusieurs cultures et de plusieurs croyances. Mais nous partageons une humanité commune à tous les habitants du monde entier. Ainsi, il est de notre devoir à tous de défendre le droit des affligés et de prêter notre voix à ceux qui ne peuvent utiliser la leur. »

Il a engagé le soutien du Canada, non seulement pour une liberté religieuse globale, mais également pour que soit enlevées les restrictions injustes sur les activités des minorités religieuses au sein de nombreuses nations de par le monde.

« Les groupes religieux qui doivent faire face à la persécution sauront qu’ils ont un ami et un soutien en le Canada. Nous continuerons à condamner sévèrement toutes attaques perpétrées contre un lieu de culte, que ce soit un temple, une synagogue, un autel, une mosquée, un gurdwara (lieu de culte sikh) ou une église. Il est d’une importance capitale que chaque individu soit capable de pratiquer sa religion, sans encourir des menaces de violence ou de discriminations, » a déclaré Bennett.

« Plusieurs groupes religieux doivent faire face à des lois injustes et à des restrictions qui peuvent les dépouiller de leur liberté démocratique fondamentale, » a-t-il ajouté. « Une liberté qui comprend des droits basiques tel le droit de voter, comme c’est le cas pour les Ahmadiyyas au Pakistan. Ces restrictions que subissent les groupes religieux sous prétexte de maintenir l’ordre et la sécurité lèsent la dignité de base et certainement les droits de trop d’individus de par le monde. »

Bennett a encore déclaré : « Le Canada est prêt à donner l’exemple, de concert avec nos partenaires et alliés, à promouvoir la dignité de l’être humain et à protéger son droit inhérent à professer et à pratiquer librement sa religion. Nous faisons cela car nous savons que les sociétés qui protègent la liberté religieuse sont plus enclines à protéger d’autres libertés fondamentales. »

Deux autres individus étaient à l’honneur au cours de cet événement. Charles C. Haynes, directeur du projet éducatif de la liberté religieuse à Newseum,  Washington D. C., a reçu le National Award qui lui a été présenté par le rédacteur de Liberty Magazine, Lincoln Steed. Katrina Lantos Swett, présidente du conseil d’administration de la Commission Américaine pour la Liberté Religieuse Internationale. a quant à elle reçu la récompense internationale, qui lui a été présentée par John Graz, secrétaire général d’IRLA.

Plus d’informations sur Liberty Magazine, qui est sponsorisé par l’Eglise Adventiste est disponible sur www.libertymagazine.org.

Retour à la liste