Actualités

En Chine, le projet au sujet de l’énergie renouvelable vient s’attaquer au problème de déchets

En Chine, le projet au sujet de l’énergie renouvelable vient s’attaquer au problème de déchets

La branche humanitaire adventiste en Chine est en train d’étudier la faisabilité pour construire une centrale électrique biomasse à Chengdu, où il existe un problème grandissant de déchets qui pousse les autorités à chercher des solutions. A partir de la droite, Marcel Wagner, manager du projet, Linda Zhu, directrice ADRA Chine, Arthur Wellinger, président de l’Association Européenne Biogaz, en compagnie des représentants de l’Université de Beijing et du Ministère des Sciences et de la Technologie chinoise.

Une centrale électrique biomasse à Chengdu pour générer l’électricité

May 07, 2013 | Silver Spring, Maryland, United States | APD/ANN staff

La branche humanitaire de l’Eglise Adventiste s’est engagée pour mettre sur pied un projet de construction d’une centrale électrique biomasse à Chengdu, capitale de la province de Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine.

Source d’énergie renouvelable, la centrale électrique biomasse convertit les déchets organiques en biogaz et en électricité.

Des représentants d’ADRA en Suisse et en Chine ont déclaré qu’un récent exercice de faisabilité en partenariat avec les officiels locaux et Arthur Wellinger, président de l’Association Européenne de Biogaz s’est révélé productif. Le groupe d’étude est parvenu à évaluer la chaine locale des déchets et a prélevé des échantillons pour un complément d’analyses a déclaré le responsable du projet, Marcel Wagner.

« Le projet en est à ses débuts, mais les portes s’ouvrent, » a déclaré Wagner, ajoutant que la prochaine étape était de soumettre un plan d’activité détaillé, des propositions pour le projet et un contrat pour les partenaires et investisseurs potentiels.

Des rapports indiquent que quelques 5000 tonnes de déchets sont récoltés quotidiennement à Chengdu. Pour réduire la contamination du sol et de l’eau et pour éviter d’avoir à utiliser des terres destinées à l’agriculture comme décharge, les officiels se tournent de plus en plus vers de nouvelles méthodes de recyclage.

La Chine compte déjà des centrales électriques biomasses dans plusieurs de ses provinces. Jusqu’à présent, elles opéraient en ne brûlant que des déchets organiques secs tels les copeaux de bois, les branches, les feuilles. Les déchets organiques trempés, tels les déchets de cuisine, d’abattoirs et de restaurants, constituent environ 60% de tous les déchets organiques et restent très souvent inutilisés. Les représentants d’ARA Chine déclarent que ces déchets inutilisés jusqu’à présent ont le potentiel pour générer du biogaz et du fertilisant organique.

« C’est la première incursion d’ADRA dans le domaine de l’énergie renouvelable, » a déclaré Christel DelaCruz, directrice marketing pour ADRA International. « Nous espérons que ce projet représente une nouvelle trajectoire pour ADRA. Bien entendu, nous continuerons à nous intéresser aux problèmes sociaux traditionnels tels la faim, la santé et le secours, mais la préservation de l’environnement est une source de préoccupation pour la nouvelle génération et nous voulons nous en préoccuper aussi. »

Peut-être, plus significativement, a déclaré DelaCruz, prendre soin de l’environnement pourrait représenter « l’ultime expression de la gestion, » plus particulièrement au cours d’une année pendant laquelle l’Eglise Adventiste rend hommage au pouvoir créateur Divin.

Retour à la liste