Actualités

Au Rwanda, la première dame ouvre le Congrès International des Femmes de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour

Share |
Au Rwanda, la première dame ouvre le Congrès International des Femmes de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour

La première dame du Rwanda, Jeannette Kagame, à droite, au côté de Raquel Arrais, directrice associée du Département du Ministère de la Femme au niveau de l’Eglise Mondiale, ouvre la Congrès International des Femmes de l’Eglise Adventiste, près de Butare, le 07 Août dernier.

Les femmes devraient inspirer des changements positifs et « vivre un héritage »déclare Kagame

August 08, 2013 | Kigali, Rwanda | Jean Pierre Bucyensenge/The New Times, with ANN staff

Les femmes adventistes détiennent « un potentiel insoupçonné » qui leur permet d’impacter leur communauté, a déclaré la première dame du Rwanda au cours du Congrès International des Femmes organisé par l’Eglise Adventiste, près de Butare, cette semaine.

« C’est une chose d’avoir du potentiel et c’en est une autre que de l’exploiter au maximum, » a déclaré la première dame, Jeannette Kagame. « Je veux que vous réfléchissiez à ce que vous allez laisser derrière vous pour la future génération. »

Kagame était dans le district de Huye afin d’ouvrir le congrès et une exhibition où les femmes exposaient ce qu’elles avaient accomplies, selon le New Times. Ce congrès de cinq jours, qui s’est tenu pour la première fois au Rwanda, a attiré 1500 femmes venues de 11 pays de la Division de l’Afrique de l’Est et du Centre.

Ce congrès avait précédemment eu lieu en Ouganda, au Kenya, en Tanzanie, entre autres pays.

Les congressistes auront pour tâche d’encourager les femmes à apporter des changements positifs au sein de leurs communautés, déclarent les organisateurs. Les délégués vont discuter des défis auxquels doivent faire face les femmes, dont la violence dont elles sont victimes et les obstacles qui empêchent le développement socio-économique. Les intervenants aborderont le sujet de l’intelligence émotionnelle et offriront des astuces leur permettant de mener une vie objective.

Dans la culture rwandaise, la femme est considérée comme étant le cœur du foyer, a déclaré Kagame. « Nous prenons soin de ceux qui sont autour de nous, nous les inspirons, nous les encourageons, parfois sans même nous en rendre compte. Nous jetons les bases favorisant le développement du caractère. La société attend beaucoup de nous en tant qu’épouses, en tant que mères, en tant que sœurs, en tant que professionnels et en tant qu’individus, » a-t-elle déclaré.

Kagame a également reconnu le rôle de plus en plus complexe, que jouent les femmes au sein de la société rwandaise. « Nous devons nous mesurer aux hommes dans le monde du travail et en même temps assumer nos rôles au sein du foyer, » a-t-elle ajouté.

Une exhibition qui s’est tenue parallèlement au congrès, permettra de découvrir des plats fait maison, des nouvelles technologies, des vêtements et des articles de décoration intérieure.

Esron Byiringiro, président de l’Union des Missions du Rwanda, a déclaré que le pays avait été choisi pour accueillir ce congrès, parce qu’elle prônait la valorisation des femmes et l’égalité des sexes.

« Nous espérons qu’au final, quand ces femmes regagneront leur pays, il y aura une différence. Elles repartiront équipées de leçons importantes, » a déclaré Byiringiro au New Times.

Le principe de l’équité et de l’égalité des sexes est ancré dans la constitution, qui garantit un minimum de 30% de postes à responsabilité aux femmes. Dans certains cas, ce seuil a été dépassé de façon significative.

Avec 56% de membres au parlement, les femmes y occupent une majorité de sièges. De plus,  la loi du pays protège les droits des femmes en ce qui concerne leur égalité pour ce qui touche à l’emploi, l’héritage et la propriété de terres.

Esperence Ngagi Murerabana, la directrice de Mifem au sein de l’Union des Missions du Rwanda, a déclaré que puisque ce pays comprenait la notion d’équité et d’égalité, il avait permis aux femmes d’être activement impliquées dans les efforts menant à la transformation socio-économique.

« Cela nous a permis de prendre de l’assurance, » a déclaré Murerabana. «  La dernière fois, j’ai assisté à une rencontre dans un certain pays, et tout le monde a été surpris car j’étais la seule femme parmi les 11 dirigeants présents. Ils m’ont demandé, comment je pouvais en tant que femme, être une responsable. Mais, je leur ai dit, que mon pays avait mis en place une politique qui me permettait de découvrir mes points forts et mes aptitudes. »

Il y a environ 550 000 adventistes au Rwanda, qui compte une population de 12 millions d’habitants.

Retour à la liste