Actualités

Un sondage inédit révèle les croyances et les perceptions profondes des membres adventistes

Share |
Un sondage inédit révèle les croyances et les perceptions profondes des membres adventistes

David Trim, director of the Office of Archives, Statistics and Research presents the findings of the most in-depth research the denomination has conducted on its members. He delivered the findings to Annual Council delegates on Tuesday, October 15. [photo: Ansel Oliver]

Une recherche globale propose des instantanés ; les animateurs de l’Ecole du Sabbat placés en très bonne position

October 17, 2013 | Silver Spring, Maryland, Etats-Unis | Edwin Manuel Garcia/ANN

L’étude la plus poussée et la plus extensive qui y jamais été faite sur les attitudes, les croyances, les expériences et les pratiques spirituelles des adventistes ont renforcé une hypothèse qui perdure en ce qui concerne l’affirmation positive des adorateurs envers la dénomination, mais a révélé une tendance émergeante en faveur de la sécularisation, ce qui préoccupe quelque peu certains dirigeants d’église.

Parmi les conclusions les plus significatives, basées sur des dizaines de milliers de sondages menés un peu partout dans le monde, voici ce qu’il en ressort :

Les animateurs de l’Ecole du Sabbat ont obtenu un meilleur score que les pasteurs et les anciens quand il  a été demandé aux membres de déterminer qui étaient les plus amicaux, les plus chaleureux, les plus attentionnés et qui exerçaient l’effet le plus positif sur leurs vies spirituelles.


Environ trois quarts des adventistes adoptent fermement le ministère prophétique de la co-fondatrice de l’Eglise, Ellen G. White.

Seulement une famille sur trois s’adonne à un culte quotidien.

Presque la moitié des collégiens et ceux qui viennent d’obtenir leurs diplômes ont déclaré qu’ils accepteraient les homosexuels actifs en tant que membres d’église à part entière.

Environ 9 adventistes sur 10 ayant quitté les rangs de l’Eglise déclarent n’avoir jamais été visités par leurs pasteurs, après qu’ils aient interrompu leur fréquentation.

Ces conclusions qui ont été communiquées aux délégués du Conseil Annuel de 2013, ont été commanditées par le Bureau des Archives, des Statistiques et des Recherches, il y a deux années et demie de cela.

Ces recherches étaient basées sur 5 projets distincts. Ils consistaient en 41 000 entretiens ou questionnaires ; impliquaient 4260 pasteurs ; environ 26000 membres d’église ; 1200 collégiens et diplômés de fraîche date ; et 900 ex adventistes. Des équipes de recherches d’universités adventistes de divers continents étaient impliqués dans cet effort sans précédent.

« Que ce soit en termes de profondeur ou de largeur, » a déclaré David Trim, directeur du Bureau des Recherches pour l’Eglise, « ce sont les meilleurs instantanés que nous n’ayons jamais eu de l’Eglise Adventiste Mondiale dans son ensemble. »

Avant de présenter ces conclusions aux centaines d’administrateurs de l’Eglise, Trim a demandé à l’auditoire de ne pas être prompt à porter un jugement. « Il ne s’agit ici que de données, » a déclaré Trim. « La signification qu’elles revêtent, c’est tout autre chose. »

Ces résultats ont brisés certaines  hypothèses en ce qui concerne le ratio des sexes au sein de la dénomination : l’Eglise est constituée à 57% de femmes et à 43% d’hommes, ce qui vient contredire ce qui était une croyance notoire, notamment qu’elle était composée à 65% de femmes et à 35% d’hommes.

Les résultats ont permis d’établir que l’Eglise était jeune, globalement 54% des membres ont entre 16 et 40 ans, ce qui comporte deux désavantages selon Trim. D’un, des jeunes pourraient être appelés trop tôt à endosser des fonctions administratives, sans aucune expérience préalable. De plus, les administrateurs plus âgés, pourraient avoir besoin de formation pour apprendre comment comprendre et travailler efficacement avec la jeune génération.

Globalement, seulement 10% des membres d’église sont âgés de plus de 60 ans et la plus grande proportion de ces membres vieillissants se trouvent en Amérique du Nord, en Europe et au Japon. A l’inverse, selon Trim, « Notre Eglise en Amérique Latine et particulièrement en Afrique est une église extrêmement jeune. »

Les conclusions ont certains aspects positifs, a déclaré Trim, comprenant des statistiques qui démontrent que 53% des participants que le manuel d’étude de l’EDS pour adultes les aidaient énormément à développer leurs vies spirituelles.

Le manuel d’étude, et ce n’est guère surprenant est moins populaire auprès des adorateurs d’Amérique du Nord, de certaines parties d’Europe et en Australie et ses alentours. « Comme je suis quelqu’un avec des origines aussi bien européennes qu’australiennes et que j’ai épousé une américaine, » a déclaré Trim en guise de boutade, « Je vais accepter d’être blâmé pour toutes ces choses. Les gens sont très cyniques en Australie, en Amérique et en Europe. »

« Une autre histoire à succès » selon Trim, était de constater que 92% des adventistes étaient convaincus que le sabbat du 7ème jour est le vrai sabbat et seulement 3% étaient en désaccord (comme le sondage prévoit une marge d’erreur de 3%, il est tout à fait possible que le taux de désaccord soit nul).

Les conclusions ont également permis d’établir les zones dites à problèmes, tels que les gens interrompant leurs fréquentations de l’Eglise sans que cela ne soit remarqué et l’influence insidieuse des valeurs séculières, » a déclaré Trim.

Il est intéressant de noter que la grande majorité des membres inactifs ou des ex membres ne rejettent ni le message ni la mission de l’Eglise.

« Avec la forte influence des dynamiques de la société contemporaine, ils s’éloignent des formes établies d’activités religieuses, » a déclaré Trim. « Le tissu de la plupart des églises adventistes locales ne suffit pas à endiguer cette marée. » Il a ensuite déclaré aux délégués « Frères et Sœurs, je pense qu’un réel défi se pose à nous ! »

Alors que seulement 9% des adventistes déclarent avoir été contacté par leurs pasteurs après avoir interrompu leur fréquentation de l’Eglise, un plus grand nombre déclare avoir été visité par des anciens ou autres membres d’église. Cependant, les résultats démontrent que 4 adventistes sur 10 partent de l’Eglise sans que qui que ce soit se remette en contact avec eux.

« Cet état de chose est une tragédie, » a déclaré Trim.

De 2000 à 2012, plus de 13.6 millions d’individus se sont joints à l’Eglise, pour la plupart à travers le baptême. Mais, pendant la même période, 5.9 millions d’adventistes nous ont quitté (et là je ne parle pas de ceux qui sont décédés). Cela donne un ratio de perte de 43.4 pour 100 nouveaux convertis. « Ce taux est trop élevé. »

Environ 90% des participants étaient catégoriques dans leurs croyances que l’Eglise Adventiste du 7ème Jour est la vrai église de Dieu, des derniers jours, avec un message visant à préparer le monde pour le second avènement du Christ. Quand il leur a été demandé si la fin du monde devait se produire dans les 20 prochaines années, seulement 22% étaient d’accord et 45% ne l’étaient pas, selon Trim. « Ce n’est pas que les gens ne croient pas au prochain retour de Jésus, mais il semblerait qu’il y ait un certain scepticisme quant à l’imminence de son retour. »

Cette recherche est arrivée à la conclusion que la sécularisation ne se limite plus à l’Amérique, à l’Europe et à l’Australie. « Il s’agit d’une société globalisée, » a déclaré Trim. « Les gens regardent les mêmes programmes télévisées, ils utilisent les mêmes applications et les mêmes sites sur leurs téléphones et sur l’internet, et la sécularisation est un problème. »

Pour faire suite à cette présentation, le vice-président Benjamin Schoun a reconnu qu’effectivement de grands défis nous attendaient.

« Il nous reste tant à apprendre et nous devrions probablement incorporer ces résultats à nos planifications stratégiques, » a-t-il déclaré, « certains cas demandent de la réflexion, même si quelques aspects positifs ont été mis en avant. »

Retour à la liste