Actualités

35 000 jeunes au camporee adventiste du Brésil

35 000 jeunes au camporee adventiste du Brésil

Adventist youth met in Brazil last week for the Fourth South American Pathfinder Camporee, one of the largest Christian youth events in the world. [photo courtesy ASN]

Cet événement a attiré des visiteurs venant de 12 nations différentes ; promotion du style de vie chrétien

January 17, 2014 | Barretos, São Paulo, Brésil | Mark A. Kellner, Adventist World, with Felipe Lemos and Deborah Calixto, ASN

Un nombre record de 35 000 jeunes, principalement des adventistes, venus de 12 nations différentes, se sont rassemblés à Barretos, dans l’état de Sao Paulo, au Brésil, du 07 au 12 janvier, à l’occasion du 4ème Camporee Explorateurs d’Amérique du Sud, un rassemblement de jeunes visant à promouvoir un style de vie chrétien et le service communautaire.

Le gouverneur de l’état de Sao Paulo, Geraldo Alckmin, a formellement accueilli les participants qui venaient des pays d’Amérique du Sud, d’Amérique du Nord, d’Asie, d’Afrique et d’Europe. Ce camporee réunissant près de 1000 club Explorateurs est un des plus grands projets à l’échelle globale à l’intention des enfants et des jeunes et a pour but de promouvoir un soutien spirituel, social et éducatif. Tout au long de l’année, environ 150 000 enfants et adolescents âgés entre 10 et 15 ans, se rencontrent les samedis et les dimanches afin d’apprendre des douzaines de techniques, allant de l’apprentissage à administrer les premiers soins à quelqu’un qui s’est blessé jusqu’à apprendre à survivre dans la nature et à prendre soin de l’environnement.

La ville a accueilli 850 cars transportant les participants, la plupart venant d’Amérique du Sud et du Nord, mais certains venant d’Asie et d’Europe. On estime à 800 les lieux choisis pour nourrir ces jeunes.

Ce camporee comprenait aussi un musée retraçant l’histoire du club des Explorateurs, un centre commercial, un supermarché, une boulangerie, un café, une station de police et de pompiers et au moins 500 personnes assurant la sécurité et le transport interne.

« C’est une structure de taille visant à assurer la sécurité de chaque participant, » a déclaré Udolcy Zukowsky, coordinateur général de l’événement. « Nous organisons ce genre d’événement chaque dix ans à cause de la logistique que cela comporte. Le club des Explorateurs est un projet continuel : chaque samedi et chaque dimanche, les clubs se réunissent afin d’aider les enfants et les adolescents à ne pas s’impliquer dans des activités négatives, telles la drogue et le crime. Nous leur inculquons des valeurs qui nous l’espérons resteront gravés au fond d’eux tout au long de leur vie. »

Bien que la « Ville des Explorateurs » dans le « Cowboy Park » de Barretos, fût un centre pour les jeunes, proposant activités et amusement, on ne s’est pas contenté de s’amuser seulement. Le service communautaire et l’évangélisation eurent aussi la part belle au cours de cet événement.

En un jour, les explorateurs ont visité 40 000 foyers à Barretos, délivrant des informations sur la protection des enfants contre les abus ainsi qu’une brochure internationale sur la prévention contre la fièvre Dengue. Le jour suivant, 40 000 copies du livre « Le Seul Espoir » du pasteur Alejandro Bullon furent distribuées gratuitement.

Le vendredi 10 janvier, les habitants se sont vu offrir un DVD avec des images d’Israël, de Turquie, de Grèce et de Rome accompagné d’un message biblique spécial relatant les événements qui eurent lieu en ces endroits historiques.

Au cours des après-midi du 08, 09 et 10 janvier, une kermesse sur le thème de la santé eut lieu à trois endroits différents à Barretos et des professionnels de la santé et d’autres intervenants prodiguèrent des conseils au sujet de 8 remèdes naturels et de leur utilisation pour se maintenir en bonne santé. Des items spéciaux destinés à la santé féminine furent également proposés sur ces sites.

Ce 4ème camporee d’Amérique du Sud  s’est avéré unique sur un plan car il a fait l’effort d’inclure les personnes souffrant d’un handicap quelconque. Natalia Paola Blanco, âgée de 22 ans, appartenant au club des explorateurs d’Ebenezer, dans le sud-ouest de l’Argentine, était une de ces personnes. Elle souffre du syndrome de « Down ». Elle a déclaré « L’ouverture était magnifique. »

Sa mère, Elva Blanco, a tenu à souligner que le contact avec le club avait été en grande partie responsable de l’implication de sa fille tant sur le plan social, communicatif et académique. Cela s’est avéré une opportunité pour les jeunes adventistes leur permettant d’apprendre une leçon sur l’égalité et la participation sociale.

Elias Santos, âgé de 19 ans est un instructeur au sein du club explorateurs « Five Oceans » de la ville brésilienne de Bahia et il est handicapé. Pour lui, participer à cet événement, était la réalisation d’un rêve. « Je participe à toutes les activités du club et les jeunes ne m’ont jamais manqué de respect, » a-t-il déclaré.

Un ami d’enfance d’Elias, Diego Barreto, a déclaré que l’amitié qui régnait au sein du club avait sans aucun doute possible permis à Elias de surmonter les blessures de sa jambe gauche. Selon Diego, Elias a eu son accident après avoir rejoint le club. Mais les explorateurs le soutiennent, car pour eux il n’est pas un handicapé. De plus, il joue toujours au ballon avec nous et le fait mieux que moi. »

Comme Elias, Leonardo Fontan, qui a rejoint le club des explorateurs de Villa Luzuriaga Herederos en Argentine, voilà 3 ans, souffre également d’un handicap physique et a participé au camporee. « J’aime camper, participer aux événements et aider les autres, » a-t-il expliqué. Le 14 décembre 2013, 3 semaines avant le camporee, Fontana a publiquement exprimé son désir de suivre le Christ à travers le baptême. C’est le résultat de son implication au sein du club des explorateurs.

Hormis ceux qui campaient sur place, il y avait un autre groupe assez conséquent qui participait à l’événement, mais d’une façon assez particulière : un camporee virtuel, proposant une programmation en direct et de l’interaction via les réseaux sociaux.

Une version virtuelle n’avait pas été préalablement envisagée par l’équipe de communication qui assurait la coordination des activités. Rogerio Ferraz, manager des stratégies digitales pour la Division de l’Amérique du Sud, a déclaré que l’idée avait jailli spontanément des explorateurs qui participaient à la retransmission sur internet. « Le but initial était de faire partager à ceux qui n’avaient pu venir au camporee ce qui se passait ici, » a-t-il déclaré.

Deux groupes furent crées sur Facebook et Twitter par les campeurs virtuels : « #CampanhaTrunfoParaOsInternautas » et « I did not go in but i’m in #CamporiDSA. » Ces groupes ont opéré en même temps que les retransmissions officielles sur le site CamporiDSA.

« Je regardais le chat CamporiTV et plusieurs personnes disaient être tristes car elles n’avaient pu se rendre au camporee. Comme je n’aime pas voir qui que ce soit être triste, l’idée de créer ce groupe afin tous soient motivés et contents, m’est venu, a déclaré l’explorateur Henry Santos de Porto Seguro, qui a créé le groupe avec le hashtag #CampanhaTrunfoParaOsInternautas.

Ils étaient tellement connectés à ce qui se passait que les participants virtuels ont fini par se sentir comme faisant partie du camporee et espéraient même récolter une récompense pour leur participation.

« D’où l’idée du camporee virtuel et nous avons même mis en ligne les conditions pour obtenir une récompense, quelque chose démontrant qu’ils participaient à la programmation quotidienne, observant et interagissant. Une fois les conditions remplies, ils pouvaient obtenir une récompense, » a déclaré Ferraz.

Ainsi, ce ne sont pas seulement les explorateurs qui étaient à Barretos qui ont pu écouter le message du pasteur Odailson Fonseca, mais aussi des internautes se trouvant à des milliers de kilomètres. Ils ont senti qu’ils faisaient partie de l’invitation « Rencontre prévue dans l’Eternité » « J’ai aussi rendez-vous avec Jésus », a posté Ana Leticia Maranhao sur Facebook.

Ce partage via internet a eu des conséquences heureuses, a déclaré Ferraz. Une fille qui devait participer au camporee mais qui s’était excusée à la dernière minute, a vu le programme sur internet et a envoyé un message disant qu’elle retournerait à l’église. Un autre signe de succès : 680 applications en ligne des participants virtuels afin d’obtenir une récompense.

Au total, on aura comptabilisé 337 000 vues du contenu du camporee par 80 000 personnes de 97 pays différents, selon un rapport des officiels.  

Retour à la liste