Actualités

En Europe, les adventistes lancent un appel pour que l’alliance du dimanche ne donne pas lieu à des discriminations

Share |
En Europe, les adventistes lancent un appel pour que l’alliance du dimanche ne donne pas lieu à des discriminations

Une alliance dont l’objectif est de promouvoir une vie professionnelle équilibrée en Europe exerce un lobby auprès des membres du Parlement Européen afin d’adopter la politique du dimanche férié sur le continent. En haut, une salle de comité de l’Union Européenne, à Bruxelles, en Belgique.

L’objectif qui est de promouvoir une vie professionnelle équilibrée pourrait avoir des répercussions négatives pour les minorités religieuses selon les experts

February 11, 2014 | Silver Spring, Maryland, United States | ANN staff

Une alliance dont l’objectif est de promouvoir une vie professionnelle équilibrée et la cohésion sociale en Europe, a de nouveau lancé un appel pour des dimanches fériés, au cours d’une conférence à Bruxelles, en Belgique, le mois dernier.

L’Alliance Européenne pour le Dimanche, une coalition d’alliances nationales en faveur du dimanche, de syndicats, d’organisations de sociétés civiles et de communautés confessionnelles établies en 2011, a été freiné au sein du Parlement Européen mais continue à troubler les défenseurs de la liberté religieuse.

Au cours de la 2ème conférence sur les dimanches fériés et les conditions de travail décentes, l’alliance a lancé un engagement, visant les membres futurs et actuels du Parlement Européen, demandant aux législateurs de promouvoir une loi qui respecte « le dimanche comme étant un jour de repos » et garantissant des heures de travail justes.

« Un dimanche férié et des horaires de travail décentes s’avèrent extrêmement importants pour les citoyens et les travailleurs à travers toute l’Europe, «  c’est ce qui ressort d’un document distribué par cette alliance, ajoutant que les heures supplémentaires qui se traduisent par du travail au cours  « de longues soirées, des nuits, les jours fériés et les dimanches, » mettaient en péril la santé, la sécurité, la famille et la vie privée des employés.

L’alliance avance également qu’une semaine rallongée avec moins de jours de vacances n’était pas une réponse aux déboires financiers de l’Europe, elle favoriserait plutôt la création d’emploi et la compétitivité.

« La compétitivité requiert de l’innovation, l’innovation demande de la créativité et la créativité a besoin de récréation, » affirme ce document.

Hormis les arguments d’ordre économique, les minorités religieuses en Europe, dont les musulmans, les juifs et les adventistes, s’inquiètent que ce document pourrait empiéter sur la libre expression des croyances religieuses, malgré les bonnes intentions professées, à savoir la réduction du stress et du surmenage.

« Des millions de citoyens européens appartenant aux minorités religieuses pourraient être touchés par les aspirations de cette loi du dimanche à l’échelle européenne, » a déclaré Liviu  Olteanu, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour la Division Intereuropéenne.

Dans un communiqué émis le 21 Janvier, l’Union Européenne s’est rangé à l’avis de Hannu Takkula, un finlandais, membre du Parlement Européen qui s’est insurgé contre les dimanches fériés.

« La législation ne doit jamais faire preuve de discrimination pour des raisons religieuses. Une loi qui affirmerait que le dimanche est un jour de repos universel, serait discriminatoire, » a déclaré Takkula, dans un communiqué de presse émis récemment.

« La liberté religion et  de croyance est une valeur européenne fondamentale. L’Union Européenne se doit de garantir à chacun une liberté et des droits égaux, leur permettant d’observer le jour de repos propres à leurs convictions, » a-t-il ajouté.

John Graz, directeur de la Liberté Religieuse et des Affaires Publiques pour l’Eglise Adventiste Mondiale s’est dit satisfait de constater que Takkula et d’autres membres du parlement se soient clairement prononcés contre les dimanches fériés.

« Nous encourageons tous les législateurs européens à préserver les droits de tous les croyants, même ceux qui n’observent pas le dimanche comme jour de repos, » a déclaré Graz.

Les adventistes d’Europe se sont toujours posé des questions sur les effets des dimanches fériés  depuis que l’alliance européenne du dimanche a été fondée.

En 2011, Raafat Kamal, directeur de la Liberté Religieuse et des Affaires Publiques en Europe du Nord a eu ces propos « Les adventistes adhèrent à la notion que l’individu a besoin d’un jour de repos pour atteindre une vie professionnelle équilibrée, » mais, en même temps, nous voulons nous assurer que ceux qui n’observeraient pas le dimanche comme un jour de repos seraient respectés. »

A présent, Olteanu s’adresse directement aux membres du parlement européen leur enjoignant « de ne pas interférer dans les questions relatives à la religion et à la liberté de conscience, en proposant ou en acceptant des lois qui pourraient affecter la liberté religieuse des minorités religieuses. »

Olteanu encourage les adventistes d’Europe à prier pour cette situation et à contacter leurs membres de parlement ou candidats respectifs  afin d’exercer un lobby en faveur de leur liberté religieuse.

« Nous devrions nous engager en faisant preuve de sagesse, d’équilibre et d’une attitude positive afin d’être des ambassadeurs pour la liberté, l’espoir et la paix, aimant les autres tout en défendant et promouvant constamment  la liberté religieuse pour tous, » a déclaré Olteanu.

Retour à la liste