Actualités

Les dirigeants adventistes encouragent la formation de personnes prêtes à intervenir dès qu’il est question de violence domestique

Les dirigeants adventistes encouragent la formation de personnes prêtes à intervenir dès qu’il est question de violence domestique

Le sommet « EndItNow », sur les abus aura lieu dans les locaux du QG de l’Eglise Adventiste Mondiale du 1-4 mai 2014.

Le sommet prévu le mois prochain s’est fixé pour objectif de mettre en place plus de personnes formées, prêtes à intervenir, au sein des congrégations

April 16, 2014 | Silver Spring, Maryland, Etats-Unis | Ansel Oliver/ANN

Les dirigeants de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour comptent organiser un sommet de 4 jours, le mois prochain, afin de continuer la promotion entamée par la dénomination, visant à sensibiliser l’opinion en ce qui concerne les abus ; mais il est cette fois question de  se focaliser sur le besoin d’avoir au sein des congrégations du monde entier, des personnes formées, prêtes à intervenir dès qu’il s’agit de ce problème.

Le sommet « EndItNow » sur les abus se tiendra dans les locaux du QG de l’Eglise Mondiale, à Silver Spring, dans le Maryland, aux Etats-Unis, du 1-4 mai 2014. Au cours de ce sommet aura lieu la formation de personnes, les rendant aptes à intervenir, les premières, dès qu’il est question d’abus ; une formation développée par la Southern Adventist University qui se trouve dans l’état du Tennessee, aux Etats-Unis.

« C’est inquiétant, car on ne se rend pas compte du nombre d’abus qui sont commis au sein de foyers chrétiens, » a déclaré Heather Dawn-Small, directrice du département Mifem pour l’Eglise Adventiste Mondiale. « Nous voulons que les participants de ce sommet, s’en retournent dans leurs églises pour qu’ils puissent à leur tour former d’autres personnes qui seraient les premières à intervenir en cas d’abus, aidant ainsi ceux qui en sont les victimes. »

Son département sponsorise ce sommet en partie et bénéficie de la collaboration du département Mifem de la Division Nord-Américaine. D’autres départements sont venus apporter leur contribution, notamment les départements de la Santé, de la Famille, de la Jeunesse, de l’Aumônerie et celui de l’Association Pastorale.

Depuis 2001, la dénomination sponsorise une journée mondiale, « Sabbat de la Prévention contre les Abus », en l’occurrence le 4ème samedi du mois d’Aôut. Small a déclaré que cette initiative continuait sous l’appellation « EndItNow Sabbath ». Plusieurs unités administratives de la dénomination continuent à promouvoir cette journée.

Small a déclaré que l’Eglise Adventiste avait devancé d’autres organisations religieuses en acceptant de sensibiliser et de promouvoir les conséquences liées à ce fléau, afin d’apporter de la guérison et de l’espoir aux victimes d’abus. Les campagnes antérieures s’étaient focalisées sur les abus dont étaient victimes les enfants, la violence à l’encontre des femmes et les abus d’ordre émotionnels.

« Les gens doivent être conscients que les abus existent et que des personnes en sont victimes ; ils doivent savoir quoi faire quand ils sont confrontés à cela, » a déclaré Small. « Souvent les gens conseillent d’aller voir le pasteur. Mais, même les pasteurs devraient être formés s’ils sont les premières personnes à intervenir. »

Small est d’avis que les gens devraient savoir quoi dire ou ne pas dire à quelqu’un qui avoue qu’il est victime d’abus. L’écoute est essentielle, a-t-elle ajouté. De plus, celui qui intervient en premier devrait déterminer avec la victime si cette dernière veut faire une déposition à la police ou si elle veut consulter un médecin. Souvent, il est souhaitable d’avoir un travailleur social pouvant évaluer la situation, a-t-elle encore dit.

Small a aussi déclaré que les gens devraient pouvoir déceler qui sont ceux qui commettent les abus. Un drapeau rouge est le contrôle. « Il vous dit quoi porter, comment vous coiffer, où aller ; il ne vous respecte pas et ne vous laisse pas prendre vos propres décisions. » Un signe pour détecteur quelqu’un qui abuse émotionnellement de quelqu’un d’autre, a déclaré Small est le fait qu’il se mette en colère quand son partenaire ne partage pas son avis.

Small a déclaré qu’on était surpris de découvrir que souvent les abus physiques commençaient déjà à l’époque des fréquentations, les personnes allant quand même jusqu’au mariage en espérant que l’autre changerait ! « Nous constatons que beaucoup de nos jeunes filles sont déjà dans des relations où elles subissent des abus, que ce soit sur le plan physique ou émotionnel, et elles semblent ne pas pouvoir se défaire de la relation.

Willie Oliver, directeur adjoint du département de la Famille au niveau mondial a confirmé que des abus étaient commis au sein des foyers chrétiens.

« En tant que peuple de Dieu, il est de notre devoir de venir en aide aux personnes qui en ont besoin, » a déclaré Oliver. « Nous voulons que tout aille bien, ceux qui sont abusés et ceux qui commettent les abus. Mais il n’en sera rien tant que nous n’accepterons pas le fait que ces abus se commettent au sein de plusieurs de nos foyers. Nous devons être décisifs en ce qui concerne l’aide que nous voulons apporter à ceux ayant besoin d’être mis en sécurité et leur apporter un soutien émotionnel. Nous devons aussi nous soucier de ceux qui commettent ces actes mais qui souhaiteraient changer.

Pour s’enregistrer pour ce sommet ou pour avoir accès aux ressources sur la prévention des abus, visitez les sites suivants : adventistwomenministries.org ou enditnow.org.

Retour à la liste