Actualités

Six éléments essentiels à être considérés pour définir le lieu où peut se dérouler une session de la Conférence Générale

Share |
Six éléments essentiels à être considérés pour définir le lieu où peut se dérouler une session de la Conférence Générale

La session de la conférence Générale de 2015, se tiendra à l’Alamodome, en haut et au centre de convention henry B. Gonzalez qui lui est adjacent, à San Antonio, dans l’état du Texas aux Etats-Unis.

Les exigences techniques du Comité Exécutif limitent les options quant au choix d’un site

July 31, 2014 | Silver Spring, Maryland, Etats-Unis | Ansel Oliver/ANN

Les dirigeants de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour et le personnel de soutien qui se trouve au QG de la dénomination se préparent pour la 60ème session de la Conférence Générale prévue pour l’année prochaine. Cette session est un rassemblement spirituel et une rencontre administrative à l’échelle mondiale. Les préparations pour ces sessions qui au cours de ces dernières décennies ont eu lieu sur une base quinquennale, comportent immanquablement cette question : « Il semblerait que ces sessions se déroulent toujours aux Etats-Unis. Quelle en est la raison ? »

La réponse la plus courte est la suivante : Il en a toujours été ainsi !

Mais pour expliquer plus correctement les choses, il est à noter que plusieurs facteurs sont pris en compte pour procéder au choix d’un site pour la tenue d’une session.

Effectivement, la session de 2015 se tiendra aux Etats-Unis. Environ 2600 délégués ayant droit de votes et des dizaines de milliers de visiteurs sont attendus à San Antonio, dans l’état du Texas. Et c’est un fait avéré que ces sessions ont eu lieu hors des Etats-Unis qu’à trois reprises seulement : En 1975 à Vienne, en Autriche ; en 1995 à Utrecht, aux Pays-Bas ; en 2000 à Toronto, au Canada.

La session de la Conférence Générale est un des événements religieux les plus importants à l’échelle mondiale et les officiels de l’office du tourisme des villes potentiellement éligibles doivent soumettre leur candidature dix ans en avance. La décision finale revient au Comité Exécutif de la dénomination qui est composé de 330 responsables d’églises venus du monde entier.

Dans une interview, le manager de la session, George Egwakhe, qui est un trésorier associé pour l’Eglise Adventiste Mondiale, a partagé avec nous les exigences du Comité Exécutif quant au choix d’un site pour accueillir une session. (#2 est la principale raison pour laquelle les sessions se déroulent aux Etats-Unis).

1. Une salle  pouvant proposer 70 000 places assises. Environ 2600 délégués discutent et votent la politique à adopter lors de sessions administratives, chaque matin et chaque après-midi. Cependant, au cours des soirées, il y a foule, car 2 ou 3 des 13 divisions composant l’Eglise Adventiste Mondiale, présentent à tour de rôle, un compte-rendu des actions missionnaires de proximité sociale accomplies au sein de leurs territoires au cours des 5 années écoulées. A présent, les sessions ont lieu dans un stade de football ou de base-ball. En principe, le lieu est rempli à capacité les deux samedis pour le service d’adoration du sabbat. De temps à autre, est évoquée la possibilité de réduire la taille de la session, ce qui pourrait rendre possible la tenue de l’événement dans d’autres pays, mais c’est une éventualité qui ne semblerait pas devoir se réaliser dans un avenir proche. La session de 2020 a d’ores et déjà été prévue pour se dérouler au Lucas Oil Stadium, à Indianapolis, dans l’état de l’Indiana, aux Etats-Unis.

2. Un centre de convention adjacent. Rien que cette exigence  suffit à limiter sévèrement les villes pouvant potentiellement prétendre à accueillir cet événement où que ce soit dans le monde. Bien que plusieurs villes importantes possèdent un stade couvert, très peu d’entre elles ont un centre de convention à proximité. « Même aux Etats-Unis, les villes pouvant répondre à nos besoins en matière d’hébergement sont peu nombreuses, à cause de cette exigence précise, » a déclaré Egwakhe. En sus des rencontres administratives, la session est également l’occasion d’un rassemblement spirituel global et les divers ministères saisissent cette opportunité pour se faire connaître. Les divers ministères, mettent en place des stands dans le centre de convention et cela devient l’endroit idéal pour se faire un réseau et pour vérifier les toutes dernières ressources disponibles. Tout au long de la journée, des milliers de visiteurs prennent connaissance des tout derniers ministères mis en place, des produits et des nouvelles fonctionnalités technologiques pouvant aider la mission. Très souvent, cela se révèle d’une grande aide pour la mission de l’Eglise Adventiste, que de pouvoir repartir avec de nouvelles idées, quant à la manière d’exercer son ministère et la  propagation de l’évangile, chacun dans sa partie  du globe.

3. L’hébergement. Les délégués à la session ont besoin d’avoir accès à des hôtels proposant des tarifs attractifs et se trouvant non loin du site où se tient la session. Si l’on tient compte des 10 jours de rencontres, les délégués et les visiteurs souffrant du décalage horaire, ne peuvent se permettre de traverser toute la ville ou de se déplacer à partir d’une autre ville pour assister aux rencontres, chaque jour.

4. Le coût du billet d’avion. « Les vols vers les Etats-Unis sont relativement moins chers pour les délégués comparé à ce que cela pourrait leur coûter s’ils devaient aller ailleurs, » a déclaré Egwakhe. L’Europe pourrait être une option envisagée, mais on en revient encore et toujours à cette histoire de salle de convention adjacente. De plus, tout le personnel de soutien est basé aux Etats-Unis, ce qui permet de faire des économies sur les frais de déplacement.

5. Le personnel rattaché au site parle l’anglais. L’anglais est la langue administrative officielle de l’Eglise Adventiste Mondiale. Ainsi, le personnel du stade devrait pouvoir communiquer avec les dirigeants adventistes quel que soit le problème soulevé ou la question posée.

6. Les visas. Selon un rapport des statistiques de 2014, l’Eglise Adventiste opère dans 215 pays. Avec une famille aussi diversifiée, il est important que la rencontre ait lieu dans un pays qui soit accessible à tout le monde. « Les Etats-Unis accordent assez facilement des visas de visiteurs aux personnes venant des 4 coins du globe, » a ajouté Egwakhe.

Pour plus d’informations au sujet de la session de la conférence Générale de 2015, visitez le site suivant : 2015.gcsession.org.

Retour à la liste