Actualités

Au Portugal, la haute cour accorde leur samedi à deux adventistes

Share |
Au Portugal, la haute cour accorde leur samedi à deux adventistes

Paulo Sergio Macedo est le directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour l’Union des Eglises du Portugal.

Cette décision intervient après des années de travail acharné mené par les défenseurs de la liberté religieuse auprès des officiels gouvernementaux

August 07, 2014 | Silver Spring, Maryland, United States | Ansel Oliver/ANN

La semaine dernière, les adventistes du 7ème jour au Portugal ont accueilli avec joie une décision de justice émanant de la plus haute cour du pays, ce qui augure la possibilité à l’avenir de pouvoir choisir sur son lieu de travail un jour de congé particulier, pour des raisons d’observances religieuses.

Une décision délivrée par la cour constitutionnelle le 17 juillet dernier, a octroyé le droit à deux adventistes, employés dans une équipe avec un horaire de travail rotatif de choisir comme leur jour de congé le samedi pour des raisons d’observances religieuses. La loi portugaise permet aux employés de choisir leur jour de congé uniquement s’ils sont dans un système de travail avec un emploi du temps flexible, un arrangement qui ne s’applique qu’à très peu de personnes vivant dans les pays européens occidentaux, selon les dirigeants de l’Eglise Adventiste.

Les adventistes du 7ème jour observent le sabbat biblique qui débute avec le coucher du soleil le vendredi après-midi pour prendre fin avec le coucher du soleil le jour suivant.

Selon les dirigeants d’église, cette décision de la cour ne fait pas jurisprudence pour des cas similaires, comme c’est souvent le cas dans d’autres pays. Mais cette décision judiciaire va  faciliter la tâche des adventistes qui font pression auprès des législateurs pour les inciter à considérer la situation critique des adventistes, des juifs, des musulmans et de toutes autres personnes observant un jour qui lui est sacré, autre que le dimanche qui est lui est un jour communément accordé comme jour de congé par les employeurs.

« C’est un grand défi qui a été relevé, car c’est la première fois que cette loi est rejetée par la cour, » a déclaré Paulo Sergio Macedo, directeur des Affaires Publiques et de la Liberté Religieuse pour le compte de l’Union des Eglises du Portugal.

Selon Macedo, les responsables adventistes se sont attelés à changer cette loi depuis 2010. Il a tenu à souligner que l’Eglise Adventiste au Portugal entretient de bonnes relations de travail avec les autorités gouvernementales et la Commission de la Liberté Religieuse.

Cette décision de la Cour Constitutionnelle datant du mois dernier découle de deux cas.

Une adventiste occupant le poste de procureur s’est vue refuser sa demande d’avoir comme jour de congé le samedi et elle a perdu un appel logé à la Cour des Administrations ainsi que l’appel suivant logé à la Cour Suprême Administrative.

Une autre adventiste employée par une corporation a été licenciée, après qu’elle ait quittée son lieu de travail au coucher du soleil, le vendredi. Elle a également perdu d’autres appels logés en cour précédemment.

La décision de la Cour Constitutionnelle a élargi l’interprétation de l’Article 14  de la Loi de 2001 sur la liberté religieuse qui déclare qu’uniquement les personnes travaillant dans un système avec un emploi du temps flexible peuvent prendre comme jour de congé le samedi.

« Nous ne contestons pas la loi sur la liberté religieuse, qui est tout compte fait l’une des lois les plus progressives sur la liberté religieuse, en Europe, » a déclaré Macedo. « Notre objectif était d’apporter un soutien à des membres qui avaient des soucis avec cette partie de la loi. Quasiment personne ne bénéficie d’un emploi du temps flexible et cette interprétation introduit de nouvelles opportunités à nos membres. »

En 2011, les officiels de l’Union des Eglises du Portugal ont présenté à l’Ombudsman du Portugal les difficultés que devaient affronter les adventistes observant le sabbat du samedi. Au cours des années qui ont suivies, cette union a reçu le soutien de la Division Intereuropéenne et celui du QG de la Conférence Générale.

Dwayne Leslie, le directeur des Affaires Législatives pour la Conférence Générale, qui a prodigué des conseils à L’Union des Eglises du Portugal, s’est dit satisfait de la décision de la cour.

« Nous espérons que cela apportera un soutien supplémentaire aux personnes croyantes, leur permettant de choisir comment pratiquer leur liberté de conscience, » a déclaré Leslie. « Personne ne devrait avoir à choisir entre sa foi et sa profession. »

Selon Leslie, l’observation du sabbat le samedi est une des difficultés les plus courantes que doivent affronter les adventistes.

Selon Macedo, la décision prise par la cour le mois dernier, devrait avoir une incidence sur les législateurs de pays autres que le Portugal.

« Je pense que c’est la première fois en Europe  que le sabbat du samedi bénéficie d’une reconnaissance constitutionnelle de la part d’une instance judiciaire si élevée, » a-t-il déclaré. « Une grande étape a été franchie, mais ce n’est qu’une étape ! »


Retour à la liste