Le Réseau Adventiste d’Actualités®

Le service officiel d’actualités de l’Eglise Adventiste du Septième Jour

La France va trop loin avec son interdiction de la burqa?

Pourquoi interdire ce qui est culturellement différent menace la liberté religieuse

La France va trop loin avec son interdiction de la burqa?

A ban on the burqa in France threatens religious liberty, says John Graz, director of Public Affairs and Religious Liberty for the Seventh-day Adventist Church. Here, Graz in Washington, D.C. in April. [ANN file photo]

Pourquoi interdire ce qui est culturellement différent menace la liberté religieuse


Dans son rapport sur une nouvelle loi en France interdisant aux femmes le port voile intégral en public, les médias ont largement porté sur la voix de la protestation des chefs religieux et défenseurs des droits humains. Et pourtant, il est important de réaliser que cette loi bénéficie un large soutien populaire - et pas seulement en France, mais partout en Europe.

Les sondages montrent que dans de nombreux pays européens, projets de loi semblables attire un important soutien public. Déjà, certains pays - y compris les Pays-Bas, Italie, Belgique, Allemagne et en Autriche - sont des signes de suivre l'exemple de la France.

Quel est le moteur de cette tendance?

Selon le président français Nicolas Sarkozy, l'interdiction de la burqa constitue une tentative de protéger la dignité et l'égalité des femmes françaises. Pourtant, il est clair que la décision d'interdire le voile au public en France contient aussi un élément fort du calcul politique.

Mais il ya plus qu'une simple stratégie politique à l'œuvre. France, et en effet beaucoup de l'Europe, a une histoire mouvementée quand il s'agit de traiter avec les minorités religieuses.

Je me souviens de la "liste secte" notoire développé sous la France lois anti-sectes dans les années 2000 - une liste qui, à l'occasion a été utilisé par les organismes gouvernementaux à refuser des droits aux religions, même bien reconnue et établie de longue date.

Et puis il ya eu l'amendement de 2004 au Code de l'éducation française qui interdit le foulard de manière efficace dans les écoles publiques.

Est-ce la burqa différent?

En Novembre 2009, lorsque les Suisses ont voté dans un référendum visant à interdire la construction de minarets, ministre des Affaires étrangères français Bernard Kouchner a appelé à l'interdiction «d'intolérance», «préjugés», et dit qu'elle équivalait à une "oppression religieuse".

Pourtant, aujourd'hui, le gouvernement de M. Sarkozy affirme interdisant la burqa n'a rien à voir avec la religion.

Est-ce la burqa différent? Est-ce un symbole religieux ou un symbole de la répression des femmes? Les femmes choisissent de porter la couverture, ou sont-ils contraints? Est-ce que "la burqa loi" libérer les femmes à partir d'un «oppresseur, pratique médiévale"? Est-il créer une société plus libre, plus équitable? Est-il défendre les droits et la dignité des femmes?

Certains diront que l'Etat démocratique a non seulement le droit mais la responsabilité de limiter l'expression religieuse quand elle viole les valeurs culturelles ou sociales. Leur raisonnement: si l'interdiction de la burqa peut être interrogé sur les motifs de la liberté religieuse, alors que faire? Pourriez la polygamie être protégés? Ou la lapidation ceux qui décident de changer de religion? Sûrement à un certain point l'État peut tirer la limite.

D'autres soutiennent que la nouvelle loi française protège les femmes de ceux qui les forcerait à porter la burqa contre leur volonté. Peu de gens remettent en question la nécessité pour la loi pour défendre le libre choix des femmes de cette façon. Mais qu'en est-il des femmes qui affirment clairement que le port du voile est une partie essentielle de leur expression religieuse, et de choisir librement de le porter? En forçant les femmes à ne pas porter la burqa, le gouvernement français est également engagé dans contraindre les femmes à agir contre leur libre choix individuel?

Et puis il ya les questions pérennes de la «culture» et «intégration». Quand je vais au Moyen-Orient, l'Asie ou l'Afrique, je cherche à se conformer à certaines normes culturelles fondamentales. Les Français pouvaient être juste de dire: «. Personne ne vous a forcé à venir dans notre pays, donc si vous venez, ne pas imposer votre culture sur nous» Ou comme Damien Green, le ministre de l'Immigration pour le Royaume-Uni, a déclaré: «Si vous venez à la Grande-Bretagne, vous devez accepter les valeurs britanniques."

Je comprends l'inquiétude des Français, mais je crois que de tenter de légiférer changement culturel est une entreprise dangereuse qui trop souvent compromet les droits humains fondamentaux. Il pose la question: Qui dans la société devraient arbitrer entre des valeurs concurrentes sociales ou culturelles? Qui décide quelles valeurs doivent être promus et protégés, ou qui devrait être annulée? Et si une pratique religieuse qui arrive à entrer en conflit avec une autre valeur culturelle, si le «gagnant» sera décidé par l'opinion majoritaire? Ou y at-il plus profond considérations à prendre en compte?

La loi burqa cible une population spécifique: les musulmans six millions en France et, plus spécifiquement, la très petite minorité de femmes qui portent la burqa. Mais les tentatives pour intégrer ce groupe par la législation n'auront pas l'effet désiré. Cette minorité va tout simplement grandir en nombre et dans la frustration. Une véritable intégration culturelle ne peut être mis en œuvre par la force, l'éducation seule, les encouragements et le passage du temps se révélera finalement efficace.

Et puis il ya des problèmes purement pratiques associées à la mise en œuvre de cette nouvelle loi. Comment la police devrait procéder à s'assurer que la loi est respectée? Est-ce que la police tout simplement arrêter toute femme portant la burqa? Et le gouvernement choisissent de poursuivre ces cas, même si les femmes insistent pour que la burqa est un choix personnel et une expression intégrale de leur foi religieuse?

Trop loin?

Les Français croient en l'intégration: «Si vous voulez vivre avec nous, puis suivez nos voies." La société américaine croit en l'intégration, aussi, mais il prend une forme moins exigeante: «. Vous voulez nous rejoindre vous pouvez garder vos traditions et vos religions, mais obéir à nos lois"

La liberté religieuse a un prix et comporte certains risques. Mais finalement une nation qui tente de protéger ses minorités produit une société qui est moins polarisée et, finalement, plus libre.

La France va trop loin? L'Europe est aller trop loin?

Ma réponse est «Oui».

L'inclination à la crainte ou l'aversion ce qui est différent n'est pas seulement une faute de français - c'est une tendance humaine commune. Avant de jeter la première pierre, chaque pays devrait se pencher sur la façon dont elle traite ses minorités religieuses.

- John Graz est secrétaire général de l'Association Liberté Religieuse Internationale et directeur du département de l'Eglise adventiste du septième jour des affaires publiques et la liberté religieuse