Le Réseau Adventiste d’Actualités®

Le service officiel d’actualités de l’Eglise Adventiste du Septième Jour

«Église adventiste ne peut être traitée comme une secte," Say adventistes et des catholiques en Pologne

Varsovie, Pologne ... [ANN]

«L'Église adventiste du septième jour ne peut être traitée soit comme une« nouveau mouvement religieux », ou comme une secte», déclare un communiqué conjoint élaboré par l'Église catholique romaine et l'Église adventiste en Pologne.

Siège adventiste de Varsovie en Pologne </ center>
Reconnaissant l'autre l'autonomie et l'indépendance, le document a été délivré après 15 ans de dialogue visant à une meilleure compréhension des enseignements et la pratique de l'Église catholique et les Églises adventistes, ainsi que l'amélioration des relations sans compromettre l'autre identité.

Le document cite le fait que «les relations entre catholiques et adventistes n'ont pas été meilleurs dans le passé." Cette déclaration a été signée par les représentants des Eglises, y compris le pasteur Wladyslaw Polok, président de l'Eglise adventiste en Pologne, et l'archevêque Alfons Nossol, président de la Commission des Episcopat polonais pour les questions œcuméniques.

"C'est avec regret que nous reconnaissons les cas où les différents cercles religieux et civiques ont refusé le statut ecclésiastique de l'Eglise adventiste du septième jour, même référence à elle comme une« secte ». Une telle approche est inacceptable, et nous croyons, il est hautement préjudiciable pour les relations mutuelles ", indique le document.

"Ce document affirme la liberté religieuse. Nous sommes le considérant comme un développement important non seulement pour notre Eglise en Pologne. Les minorités religieuses sont trop souvent considérés comme des moins que ce qu'ils sont », a déclaré le pasteur Polok.

La déclaration reconnaît que si les Eglises peuvent se référer à des similitudes, ils ont aussi voir la différence entre les uns des autres "doctrine, les pratiques et les politiques église." Toutefois, les deux parties affirment la nécessité de cultiver le respect pour l'autre et apprendre à se comprendre mutuellement. Le dialogue a été "menée sur la base du partenariat, les soins à maintenir une identité complète des deux côtés, ainsi que leur autonomie et leur indépendance, dans l'esprit de respect mutuel et l'amour chrétien, et en reconnaissance des idéaux de tolérance et de liberté religieuse ».

"C'est un tournant important pour notre Eglise», explique le professeur Zachariasz Lyko, qui pendant de nombreuses années a été responsable des affaires publiques de l'Église adventiste de Pologne. "Ce développement n'est pas une raison de critiques, d'attaques publiques ou la confrontation, mais la bonté chrétienne vers l'autre et le respect de la dignité de la personne humaine."

"Beaucoup d'entre nous peut se rappeler comment nous avons été étiquetés avec des noms différents. Nous avons été mal compris et souvent ridiculisées. Quant à nous, nous avons voulu s'asseoir ensemble et de reconnaître que l'amour chrétien exige un autre type de relation dans la société que nous sommes une partie. Comme adventistes du septième jour, nous cherchons à adopter une approche positive à d'autres religions. Nous avons dit publiquement et ce document affirme notre attiutude ", at-il ajouté.

Le document ne traite pas des questions doctrinales et théologiques. Pendant les années de réunions, les deux parties ont présenté leurs vues théologiques et positions doctrinales dans l'intérêt d'une meilleure compréhension entre les deux confessions. «Notre Église reconnaît qu'un tel dialogue ne peut pas être un dialogue de compromis, mais un esprit de coopération et de compréhension commune», a expliqué Lyko. "Nous ne faisons rien, sauf ce que les différents pionniers de notre Église soutenu et défendu. Il est toujours préférable de s'engager dans une conversation respectueuse que dans une confrontation qui empêche souvent la réalisation de changements souhaités », at-il dit.

Lyko fait remarquer que «comme une Église, de notre côté n'était pas intéressé à compromettre l'un de nos croyances fondamentales."

«Au fil des ans, toutefois, que l'échange d'informations entre nous ont eu lieu, nous avons noté de nombreuses similitudes mais aussi des différences confessionnelles. Le côté catholique reconnaît dans le document le caractère christocentrique de nos croyances, et surtout notre foi en la Trinité, ainsi que l'identité ecclésiologique de l'Eglise, un statut confirmé par un acte du parlement polonais. De notre côté, nous avons parlé de la nécessité de changer les attitudes envers notre dénomination et reconnu l'ouverture de l'Eglise catholique, surtout ces derniers temps, vers la Bible, "Lyko expliqué. [Ray Dabrowski]