Le Réseau Adventiste d’Actualités®

Le service officiel d’actualités de l’Eglise Adventiste du Septième Jour

L’Union de Columbia vote pour l’ordination sans qu’il soit tenu compte du genre de la personne devant être ordonnée

Les délégués de cette union votent pour le changement malgré les appels lancés par les hauts dirigeants

L’Union de Columbia vote pour l’ordination sans qu’il soit tenu compte du genre de la personne devant être ordonnée

Les délégués de l’Union de Columbia, réunis pour discuter au sujet de l’ordination sans qu’il soit tenu compte du genre de la personne devant être ordonnée.

Magnifying Glass View Larger

Les délégués de cette union votent pour le changement malgré les appels lancés par les hauts dirigeants


Une assemblée spéciale qui a été convoquée par l’Union de Columbia, le 29 Juillet dernier, a voté la résolution suivante : «  L’Union de Columbia autorise l’ordination au ministère évangélique sans qu’il soit tenu compte du genre de la personne devant être ordonnée. »

Par bulletins secrets, les délégués des 8 fédérations de cette union du territoire mid-atlantique des Etats-Unis ont voté 209 voix en faveur et 50 voix contre avec 9 abstentions. L’Union de Columbia déclare qu’elle compte plus de 135 000 membres au sein de plus de 700 congrégations.

D’après une déclaration émise par l’Union des fédérations de Columbia, tard dimanche, le comité exécutif de cette union n’opposera plus aucun refus aux requêtes émanant des fédérations pour ordonner au ministère des femmes qui auront fait leurs preuves, mais leur consécration sera totalement reconnue sur la même base que celle de leur homologue masculin.

« Ce n’est pas un temps facile pour l’Eglise, mais c’est le temps pour l’Eglise, » a déclaré Dave Weigley, président de l’Union de Columbia, dans le sillage du vote. « Nous faisons partie de l’Eglise Mondiale, et nous sommes unis dans la mission qui a été assignée à l’Eglise Adventiste du Septième Jour. »

Dan Jackson, le président de la Division Nord-Américaine, a fait la mise en garde suivante : « Ce que  nous faisons ici aujourd’hui, aura un impact non seulement sur nous personnellement en tant qu’union, mais aussi sur notre église mondiale. Je déclare que nous devons en premier lieu, rendre des comptes à Dieu. »

Le président de l’Eglise Adventiste Mondiale, ajoutant à ses remarques, a lancé un appel aux délégués les enjoignant de ne pas aller de l’avant avec cette motion mais d’attendre les résultats de l’étude sur l’ordination qui a été approuvée par le comité exécutif de l’Eglise et qui est attendue pour 2014.

« Je me tourne vers vous aujourd’hui, car je me préoccupe des sujets liés à la conscience, » a-t-il déclaré. « Je me tourne vers vous car je me préoccupe de l’unité de l’église dans son ensemble. »

Lowell Cooper, un des vice-présidents de l’Eglise Mondiale, a mis au défi ceux présents quant au pouvoir des unions des fédérations à effectuer le genre de changement qu’ils envisageaient à la lumière de la politique actuelle de la dénomination. « L’idée que l’autorité et la responsabilité d’un type d’organisation au sein de la famille mondiale, peut être exercée avec autonomie et unilatéralement, est étrangère à l’éthique et aux pratiques de l’Eglise Adventiste du Septième Jour, a-t-il déclaré aux délégués.

Bill Miller, président de la fédération du Potomac et qui présidait le comité ad hoc chargé de l’étude sur ce point particulier, a débuté la présentation du rapport de ce comité en réitérant qu’il était « un membre loyal de cette église du reste appartenant à Dieu. Il a ensuite brossé un récapitulatif  historique  des différentes discussions et décisions  autour de ce thème qu’est l’ordination des femmes au ministère évangélique.

Peu avant midi, Weigley, qui assurait la présidence de cette session spéciale, a ouvert les débats aux délégués. Rapidement, les délégués ont formé 3 longues lignes devant les microphones. Beaucoup ont énoncé à haute voix leur croyance dans le fait que tous ceux qui étaient appelés par le Saint-Esprit à exercer dans le ministère, devraient être ordonnés sans qu’il soit tenu compte de leur genre, bien que plusieurs aient admis qu’ils se sentaient partagés sur la question.

Larry Boggess, président de la fédération de Mountain View, dont le comité exécutif avait émis une déclaration, disant qu’ils étaient contre  cette motion, a déclaré « Afin qu’il n’y ait aucun malentendu, je vous aime aussi, même si je ne partage pas vos opinions. Si nous disons appartenir au corps de Christ, alors nous devrions agir dans l’unité. Ce que nous faisons aujourd’hui ne va pas générer des milliers de nouveaux membres. »

A la suite du vote, Rick Remmers, président de la fédération de Chesapeake, a fait le commentaire suivant : « J’ai grandement apprécié l’atmosphère de spiritualité qui a prévalu aujourd’hui et j’ai ressenti l’amour et la loyauté envers notre église. »

« Je suis tellement fière de faire partie de ce jour historique au sein de cette union de Columbia, » a déclaré Deborah Hill, une membre de la fédération de Allegheny West. « Nous avons voté du bon côté de l’histoire et nous allons travailler très dur afin d’unir non seulement notre union, mais nous allons travailler en étroite collaboration avec la Conférence Générale. »

-- avec le compte-rendu de Taashi Rowe