Le Réseau Adventiste d’Actualités®

Le service officiel d’actualités de l’Eglise Adventiste du Septième Jour

Les adventistes encouragés à étudier personnellement tout ce qui touche à l’ordination des femmes

Le président Wilson et le président du TOSC, Stele, encouragent les membres à prier pour que le Saint-Esprit dirige les discussions à venir

Les adventistes encouragés à étudier personnellement tout ce qui touche à l’ordination des femmes

Le président de l’Eglise Adventiste, Ted N. C. Wilson a lancé un appel aux membres afin qu’ils étudient ce que préconise la bible en ce qu’il s’agit de l’ordination des femmes, alors même que l’église se réunira pour continuer à examiner ce sujet dans le cadre du Conseil Annuel, qui aura lieu le mois prochain et la session de la Conférence Générale qui aura lieu l’année prochaine. En haut, Wilson lors de son sermon dans le cadre du Conseil Annuel de l’année dernière.

Magnifying Glass View Larger

Le président Wilson et le président du TOSC, Stele, encouragent les membres à prier pour que le Saint-Esprit dirige les discussions à venir


Ted N. C. Wilson, président de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour, a lancé un appel pressant aux adventistes du monde entier, les encourageant à lire avec sérieux tout ce que dit la bible au sujet de l’ordination des femmes et à prier pour que lui-même ainsi que les autres dirigeants se soumettent humblement à l’influence du Saint-Esprit durant les discussions à ce sujet.

Les membres d’église qui désirent comprendre ce qu’enseigne  la bible sur l’ordination des femmes, n’ont pas à se creuser la cervelle pour savoir où commencer leurs recherches, a déclaré Artur A. Stele, qui a chapeauté une étude sans précédent, de deux ans, traitant de l’ordination des femmes, en assurant la présidence du Comité d’étude sur la théologie de l’ordination (TOSC en anglais).

Stele qui a réitéré l’appel de Wilson qui encourageait les membres à lire leur bible et à prier sur ce sujet, a recommandé la lecture des trois recommandations élaborées par ce comité, intitulé « Way Forward Statement » (Déclaration pour aller de l’avant), qui citent des textes bibliques et les écrits d’Ellen White, la co-fondatrice de l’église adventiste, pour étayer chacune des trois positions qui ont émergées des recherches menées par ce comité sur l’ordination des femmes.

Le résultat de ces études sera soumis à des discussions en octobre, lors du Conseil Annuel, une des rencontres administratives les plus importantes pour les dirigeants de la dénomination. Ce sera au Conseil Annuel de décider si les 2600 délégués de l’église mondiale seront appelés à prendre une décision finale en ce qui concerne l’ordination des femmes, en votant, lors de la session de la Conférence Générale, prévue en Juillet de l’année prochaine.

Lors d’une interview, Wilson a vivement encouragé les 18 millions de membres d’église à lire et étudier le matériel disponible sur le site du département des Archives, des Statistiques et de la Recherche, avec un esprit de prière.

« Vérifiez par vous-mêmes le résultat de ces recherches qui ont été basés sur une compréhension et une lecture claire des écritures, » a déclaré Wilson, depuis son bureau au QG de la Conférence Générale, à Silver Spring, dans le Maryland.

« L’Esprit de Prophétie nous invite à comprendre la bible telle qu’elle a été écrite, » a-t-il déclaré. « Et j’encourage chaque membre d’église et aussi chaque représentant au Conseil Annuel  et ceux qui seront délégués à la session de la Conférence Générale à revoir ces présentations avec un esprit de prière, avant de demander à l’Esprit-Saint de les aider à comprendre la volonté de Dieu. »

L’Esprit de Prophétie fait référence aux écrits d’Ellen White, qui dans une de ses déclarations sue la manière dont on devrait lire la bible, a écrit dans la Grande Controverse (p.598, version anglaise), « Le langage de la bible devrait être expliqué tel qu’il est écrit, à moins qu’un symbole ou une illustration ne soit employé. »

« Il ne nous a pas été accordé le luxe de posséder l’Urim et le Thummin, » a déclaré Wilson, faisant allusion aux pierres utilisées par le souverain sacrificateur dans l’Ancien Testament, pour connaître la volonté de Dieu. « Nous n’avons pas non plus, un prophète vivant  au milieu de nous. Nous devons donc nous soumettre au Saint-Esprit quand nous étudions la bible et que nous passons en revue les enseignements des écritures. »

Selon lui, le corps dirigeant a procédé avec transparence, justice et soin pour tout ce qui touche à la question de l’ordination des femmes.

Wilson a déclaré que la question cruciale à laquelle l’église devra faire face ne sera pas de savoir si les femmes doivent ou pas être consacrées, mais plutôt d’envisager quelle sera la réaction des membres qui ne seront pas d’accord avec la décision finale, notamment s’ils seront partant pour laisser de côté leurs différences pour se focaliser sur notre mission vielle de 151 ans qui est de proclamer Apocalypse 14 et le message des trois anges au sujet du prochain retour de Jésus.

3 points de vue sur l’ordination des femmes

Dans un effort pour mieux comprendre les enseignements de la bible en ce qui concerne l’ordination des femmes, l’église a établi le comité d’étude sur la théologie de l’ordination, un groupe composé de 106 membres, qu’on appelle communément TOSC. Le but n’était pas de mettre en place une organisation avec une représentation proportionnelle de l’église mondiale, mais de mener tout simplement une étude de deux ans sur ce sujet. Dans un premier temps, un comité spécial axé sur les recherches bibliques a été mis sur pied dans chaque division pour être ensuite représenté au TOSC.

Un des objectifs principal du TOSC, qui a fini ses travaux en juin dernier, était de déterminer s’il pouvait parvenir à un consensus sur l’ordination des femmes. Cela n’a pas été le cas. Les membres se sont retrouvés au sein de 3 camps, qu’on a nommé position 1, 2 et 3 :

Position 1 vient mettre l’emphase sur les qualifications bibliques préconisées par la bible qu’on retrouve dans 1 Timothée 3 et dans Tite 1 et sur le fait que nulle part dans la bible  il n’est fait mention de femmes consacrées à la prêtrise, à l’apostolat ou à l’anciennat. De ce fait, ils en concluent que l’église adventiste  ne possède aucun fondement biblique pour procéder à la consécration des femmes.

Position 2 vient mettre l’emphase sur le rôle de leadership assuré par des femmes telles Déborah, Hulda et Junia  dans l’Ancien et le Nouveau Testament et  comme stipulé dans les textes de Genèse 1, 2 et Galates 3. 26-28, qui soulignent que tous sont égaux aux yeux de Dieu. Ainsi donc, ce principe d’égalité autorise l’Eglise Adventiste à consacrer des femmes à un poste de dirigeant au sein de l’église si cela s’avère possible.

Position 3  se dit d’accord avec la position 1 en reconnaissant cette répétition d’avoir des hommes dans les positions de leadership en Israël et au début de l’église chrétienne. Mais il aussi reconnu que Dieu faisait des exceptions, comme par exemple accorder un roi à Israël. Ils sont d’avis que l’ordination des femmes relève de la politique de l’église et non d’un impératif moral quelconque. Ainsi chaque champ devrait avoir le droit de décider si oui ou non il accepte d’accorder la consécration aux femmes.

Wilson encourage vivement les membres d’église à étudier les trois positions, telles qu’elles ont présentées dans le rapport final du TOSC.

« Assurez-vous d’étudier les trois présentations et de comprendre comment Dieu est en train de vous parler à travers sa Parole et votre cheminement quotidien avec lui, » a-t-il déclaré.

Bien que le TOSC ne soit pas parvenu à atteindre un consensus sur la question de l’ordination des femmes, ses membres ont tout de même approuvé une déclaration consensuelle sur la théologie de l’ordination et dans une déclaration séparée ont affirmé qu’ils restaient engagés au message et à la mission de l’Eglise Adventiste du 7ème Jour telles qu’ils sont exprimés dans les 28 Croyances Fondamentales.

Wilson  a jouté qu’il espérait que  chaque membre d’église ferait preuve de la même bonne volonté.

« Si nous ne faisons pas attention, le diable en profitera pour créer des controverses, qui nous feraient oublier ce que Dieu voudrait voir accomplir par  son église du reste, c’est-à-dire la proclamation du message des trois anges et l’annonce joyeuse de son prochain retour. » « La question essentielle est de savoir comment rester focalisé et attaché à la mission dans laquelle l’église est engagée ! »

Ce que les membres d’église devraient lire

Stele, le président de TOSC et le directeur de l’Institut des Recherches Bibliques, est d’avis que si les membres  ne voulaient pas tout lire, il leur faudrait au moins lire le « Way Forward Statements »

Si les gens désirent avoir une vue d’ensemble rapide, ils peuvent se référer au « Way Forward Statement », a-t-il déclaré lors d’une interview. « Ainsi, dès que leur intérêt sera éveillé, ils pourront consulter le résumé des trois positions. »

Les plus longs résumés font partie d’un document de 127 pages, représentant le rapport final, qui comprend aussi une définition d’une page approuvée par le TOSC sur la théologie de l’ordination, l’historique du TOSC et une liste de tous les documents écrits par les érudits dans le cadre de cette étude.

Cette étude a été initiée à la demande d’un délégué au cours de la session de la Conférence Générale de 2010 et sa nécessité s’est vérifiée par le nombre accru de demandes en faveur de l’ordination des femmes, de la part de certains dirigeants régionaux. Pour compliquer les choses, 3 des 124 unions que compte la dénomination, 2 aux Etats-Unis et 1 en Allemagne ont autorisé l’ordination de femmes malgré l’appel des administrateurs de la dénomination qui préconisaient la patience, en attendant le résultat de cette étude et le possible vote de la session de la Conférence Générale l’année prochaine. L’Eglise Mondiale ne reconnaît pas les décisions de ces trois unions.

Stele a vivement encouragé les membres d’église à ne pas se laisser influencer par le point de vue des uns et des autres sur l’ordination des femmes et d’arriver à leurs propres conclusions à travers une étude de la bible menée dans un esprit de prière.

« Ces trois positions pourraient aider car tous les passages clés ont été étudiés sous divers angles, » a-t-il déclaré,  une copie du rapport final du TOSC en main.

Stele est d’avis que les membres d’église pourraient influencer la discussion sur l’ordination des femmes de plusieurs manières, par exemple en s’entretenant avec les délégués qui les représenteront au cours de la prochaine session de la Conférence Générale, à San Antonio, au Texas.

Wilson a aussi abondé en ce sens, déclarant que les membres d’église pouvaient partager leurs convictions avec leurs pasteurs et leurs présidents de fédération, mais il a insisté pour que toute conversation ou toute correspondance soit empreinte de respect et représentative du Christ.

« Mais avant toute chose, » a-t-il déclaré « nous comptons sur vos prières, pour qu’en tant que dirigeants nous puissions faire preuve d’humilité et prêter l’oreille à la voix de l’Esprit-Saint et à la volonté de Dieu tels qu’ils sont révélés dans les écritures. »

Stele qui partageait le même avis, a déclaré « Je pense que la meilleure façon de participer serait que tous les membres prient. Qu’ils prient pour le processus  et pour la session afin que ce soit la volonté de Dieu et non celle des hommes qui prévale. »


Liens associés

Voici le point de départ recommandé à ceux qui ne seraient pas familiers aux questions soulevées : Les trois déclarations « Way Forward Statements » qui résument les 3 positions se rapportant à l’ordination des femmes, élaborés par le TOSC :

Way Forward Statement 1 (PDF)

Way Forward Statement 2
(PDF)

Way Forward Statement 3 (PDF)

Le rapport final du TOSC, comprenant le résumé des 3 positions (PDF)

Tous les documents relatifs au travail accompli par le TOSC (page web)

Tous les documents relatifs aux questions liées à la théologie sur l’ordination sont disponibles dans cette section spéciale sur le site du Bureau des Archives, des Statistiques et de la Recherche. (page web)

« Methods of Bible Study » : La position officielle de l’Eglise Adventiste sur la manière d’étudier la bible.

D’anciens rapports sur l’ordination des femmes

Reflections on the TOSC Deliberations” par Mark Finley, 11 juin 2014

Ordination Study Concludes with Suggestions for ‘The Way Forward’” The Way Forward » par le personnel d’Adventist Review, 5 juin 2014

Study Committee Votes Consensus Statement on ‘Theology of Ordination’” Theology of Ordination » par Mark A. Kellner, 23 juillet 2013

Trust Is the Foundation of Unity” Interview d’Artur Stele par Bill Knott, 11 octobre 2012

Questions & Answers Regarding Current Issues of Unity Facing the Church,” 08 août 2012

An Appeal For Unity in Respect to Ministerial Ordination Practices” par la Conférence Générale, 29 juin 2012

Adventist Church Administration Commits to Comprehensive Study of Ordination” par Elizabeth Lechleitner, 08 juillet 2010