Le Réseau Adventiste d’Actualités®

Le service officiel d’actualités de l’Eglise Adventiste du Septième Jour

Première rencontre entre le président de l’Eglise Adventiste et le secrétaire général des Nations Unies

Les deux dirigeants discutent de différentes manières d'aider les gens et de promouvoir la tolérance religieuse

Première rencontre entre le président de l’Eglise Adventiste et le secrétaire général des Nations Unies

Le secrétaire-général des Nations Unies, Ban Ki Moon, pose avec le leader de l’Eglise Adventiste, Ted N.C. Wilson, le lundi 6 avril 2015. Photo, Evan Schneider/ONU

Magnifying Glass View Larger

Les deux dirigeants discutent de différentes manières d'aider les gens et de promouvoir la tolérance religieuse


Le Secrétaire Général de l’ONU, Ban Ki Moon, a exprimé ses préoccupations à propos de l’augmentation de l’intolérance religieuse dans le monde lors d’une rencontre privée avec le leader de l’Eglise Adventiste, Ted N.C. Wilson ; il a également invité l’Eglise Adventiste du Septième Jour à œuvrer avec les Nations Unies pour venir en aide aux habitants du monde.

Ted Wilson, le premier président de l’Eglise Adventiste à rencontrer un secrétaire général des Nations Unies, a fait remarquer que l’église soutient depuis longtemps la liberté religieuse et a déclaré qu’il était favorable à une coopération avec l’ONU dans le cadre d’initiatives qui allaient dans le sens du ministère du Christ en apportant aux gens une aide au niveau physique, mental, social et spirituel.

Ganoune Diop, directeur adjoint du département des affaires publiques et de la liberté religieuse pour l’Eglise Adventiste mondiale, a déclaré que son département prenait au sérieux les paroles de Jésus dans Matthieu 5 : 13-14 invitant à être le « sel de la terre » et la « lumière du monde. »

« Ses représentants se mêlent aux leaders politiques et religieux dans tous les pays sans perdre ou compromettre l’identité Adventiste distinctive, » a dit Ganoune Diop qui a participé à cette rencontre.

Ban Ki Moon a rencontré Ted Wilson, Ganoune Diop et John Graz, le directeur du département des affaires publiques et de la liberté religieuse, à 12h10 lundi pour une rencontre de 45 minutes dans son bureau au siège des Nations Unies à New York.

La rencontre a été rendue possible grâce à l’implication personnelle de l’Ambassadeur Joseph Verner Reed, doyen des sous-secrétaires généraux des Nations Unies et ami des Adventistes du Septième Jour, qui a correspondu régulièrement avec Ganoune Diop pour que le projet devienne réalité, a indiqué Ganoune Diop.

« Cela a été un véritable privilège de rencontrer le secrétaire général et d’entendre son appel à l’aide pour l’humanité, » a dit Ted Wilson à Adventist Review.

« Les Adventistes du septième Jour devraient être prêts à témoigner pour le Seigneur partout où nous allons, et à témoigner des bénédictions de Dieu dans nos vies et de ce que nous pouvons faire en Son nom, » a t-il dit. « Le monde attend ce genre de témoignage que le ciel nous inspire avec des réponses claires aux problèmes d’aujourd’hui. »

Ban Ki Moon a parlé des problèmes mondiaux tels que la pauvreté et le manque d’éducation avant d’exprimer ses préoccupations au sujet de l’intolérance religieuse qui atteint des niveaux sans précédent dans le monde. La semaine dernière par exemple, un groupe de militants islamistes a tué 148 personnes dans une attaque menée contre les Chrétiens dans une université au Kenya. L’Etats Islamique et d’autres organisations extrémistes en Irak, en Syrie, au Nigeria, en Lybie et ailleurs ont également pris pour cible les Chrétiens et d’autres groupes religieux avec une violence souvent mortelle au cours des derniers mois.

Ban Ki Moon a souligné sa croyance selon laquelle les gens devraient cultiver le respect pour les autres, y compris ceux qui appartiennent à une autre religion. Il a dit qu’il appréciait le travail réalisé par l’Eglise Adventiste dans la promotion de la liberté religieuse, dans l’éducation, la santé et l’aide humanitaire par le biais de l’Agence Adventiste de Développement et d’Aide Humanitaire. ADRA travaille avec les Nations Unies pour apporter de l’aide aux réfugiés au Moyen Orient et ailleurs.

Ted Wilson a remercié Ban Ki Moon pour la rencontre et a parlé des diverses initiatives de l’église qui cadrent avec la mission de l’Organisation des Nations Unies qui est de venir en aide aux populations.

« Nous avons eu une excellente rencontre avec le secrétaire général et quelques membres de son personnel, partageant avec eux des informations sur les activités de l’Eglise Adventiste, » a dit Ted Wilson. « Nous avons mis l’accent sur certaines choses pour lesquelles l’Eglise Adventiste peut apporter son aide, telles que la liberté religieuse, la liberté de conscience, les valeurs éthiques et spirituelles, le respect de la dignité humaine, la famille, l’encouragement apporté aux jeunes et les besoins humains fondamentaux comme l’eau potable et l’éducation de base. »

Pasteur Wilson a ajouté : « Ce n’est qu’en étant guidés par le Seigneur que nous pouvons être réellement efficaces dans notre démarche missionnaire dans le monde, nous sommes appelés à préparer nos semblables pour la prochaine venue du Christ en accomplissant le ministère pratique de Jésus par la puissance du Saint Esprit. »

Un peu plus tôt lundi, Ban Ki Moon a eu des entretiens avec le président tanzanien Jakaya Kikwete, que Ted Wilson avait rencontré lors d’une visite dans ce pays d’Afrique de l’Est au mois de février.

Lors de la rencontre avec Ted Wilson, John Graz a donné un bref rapport sur les principaux congrès organisés par l’Association Internationale pour la Liberté Religieuse, une entité affiliée à l’église et qui promeut la liberté religieuse et le soutien appuyé apporté par l’église à l’Article18 de la Déclaration des Droits de l’Homme qui déclare que toute personne a le droit « de changer de religion ou de croyance. »

John Graz, secrétaire général de l’Association International pour la Liberté Religieuse, a dit avoir été encouragé en voyant la préoccupation qu’avait Ban Ki Moon au sujet de l’intolérance religieuse et son désir de voir des personnes de bonne volonté travailler ensemble pour amener justice et liberté.

« C’était une rencontre historique entre le secrétaire-général des Nations Unies et le président de l’Eglise Adventiste du Septième Jour au sujet de l’état du monde et de la manière dont nous pouvons aider les gens à vivre dans des environnements très difficiles, » a dit John Graz.

« En tant que disciples de Jésus, nous voulons aider les autres, surtout ceux dont on n’entend pas la voix, ceux qui sont l’objet de discrimination et sont persécutés, » a t-il dit. « De cette façon, nous partageons les valeurs essentielles des Nations Unies. »

Ganoune Diop a également entrevu diverses façons à travers lesquelles l’église et l’ONU pourraient coopérer, notamment dans l’éradication de la pauvreté et la promotion de l’éducation et de la santé.

« Le catalogue impressionnant que l’Eglise Adventiste du Septième Jour a mis en place pour servir la famille humaine résonne remarquablement avec Les Objectifs du Millénaire pour le Développement et les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies, » a t-il indiqué dans une déclaration.

Traduction: Patrick Luciathe